Malgré l’interdiction des manifestations, dénoncée par plus d’un, l’opposition républicaine et le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée comptent battre le pavé ce jeudi à Conakry.

Alors que  l’opposition républicaine tentera de marcher de Bambéto à Wanindara, où deux jeunes ont été tués lors de la dernière manifestation, le SLECG dirigé par le syndicaliste Aboubacar Soumah, sera en sit-in devant le ministère de l’Education, à quelques mètres du palais présidentiel. C’est du moins ce qui est prévu.

En grève depuis l’ouverture des classes le 03 octobre, le principal syndicat des enseignants proteste contre le gel du salaire des grévistes et réclame des négociations autour d’un salaire de base qu’il veut voir porté à huit millions de francs guinéens.

L’opposition, pour sa part, proteste essentiellement contre les tueries lors de ses dernières manifestations et la violation, selon elle, de l’accord du 08 août signé avec le parti au pouvoir.

Ces manifestations «interdites» sont aussi un test pour le nouveau dispositif sécuritaire impliquant l’armée, récemment mis en place par les autorités.

Nous y reviendrons.

Thierno Amadou M’Bonet Camara (Rescapé N04)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here