Depuis janvier 2018, la Société Guinéenne de Palmiers à Huile et Hévéas (SOGUIPAH), traverse une crise qui va de mal en pire. Le salaire des travailleurs et l’argent dû aux planteurs tardent à parvenir aux ayant droits qui vivaient jusque-là dans le bonheur.

Et ça, l’Union des planteurs s’en plaint, des ouvriers et autres habitants craignent une fermeture de la société. «Même nous au niveau de la mairie, nous avons des difficultés à percevoir les taxes», témoigne le maire dans un entretien accordé à Guinee114.com.

« Les petits temps arrivent à toutes les sociétés », défend à son tour le Secrétaire Général chargé des collectivités de Yomou, en séjour à Djecké avec un membre du gouvernement.

Mais qu’est ce qui pourrait expliquer cette mort à petit feu de ce fleuron ?

D’après les premières conclusions de nos enquêtes, deux raisons fondamentales pourraient expliquer la traversée du désert de la SOGUIPAH, qui plonge ainsi plusieurs habitant dans une inquiétude, celle de vivre ce qu’ont vécu les citoyens de Fria après la fermeture de l’usine FRIGUIA.

Primo, c’est la nomination de Mariama Camara au poste de ministre de l’Agriculture. Qu’elle soit promue à ce poste, cela ne devrait pas être le problème, mais la non nomination d’un nouveau dirigeant pour la remplacer, porte préjudice à l’entreprise.

Ministre de l’Agriculture en poste à Conakry, Mariama Camara est toujours Directrice Générale de la SOGUIPAH. Deux fonctions qu’elle ne parvient pas à gérer cumulativement avec performance.

Secondo, la mort de Josey Begmas, le désormais ex-directeur en charge de la gestion. Cet expatrié de nationalité Belge, selon une source interne, était en réalité le nerf de la SOGUIPAH. «Ce monsieur était un banquier bien connu de beaucoup de banques à travers le monde», nous confie une source proche de la SOGUIPAH.

D’autres causes dont nous cherchons à vérifier auprès de dame Mariama Camara, auraient contribué à la crise actuelle à la SOGUIPAH.

A suivre.

La rédaction

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here