Aucune division n’existe et n’est possible au sein du Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG). Nous défendons une cause commune,  a dit ce dimanche Amara Mansa Doumboya, membre de la cellule de communication du SLECG, contacté par la rédaction de Guinee114.com.

Lors de la dernière assemblée générale du Syndicat en grève depuis le 03 octobre, une divergence apparente entre le Secrétaire général du SLECG Aboubacar Soumah et  son adjoint Oumar Tounkara sur les actions à mener cette semaine qui s’annonce, a attiré l’attention des journalistes dont certains ont vite prédit une implosion.

« Dans une structure syndicale, c’est la base qui décide. Et au SLECG nous respectons cela », a indiqué ce membre de la Cellule de communication de la structure syndicale.

« Le général Soumah a demandé à la base si on va faire d’abord un sit-in ce lundi devant le ministère de l’Education Nationale  avant de se rendre au TPI de Kaloum pour soutenir nos collègues arrêtés ou si on va directement aller tribunal. La base a répondu favorablement », poursuit-il.

« Mais le général Tounkara (l’adjoint Ndlr) voulait qu’on se rende directement au TPI de Kaloum. Il a fait une demande dans ce sens. Mais comme la base avait déjà décidé, c’était fini », explique Amara Mansa Doumboya.

Ce lundi, la structure syndicale entend  braver encore l’interdiction par le gouvernement de toute forme de manifestations en organisant un sit-in devant le ministère de l’Education Nationale.

Mohamed Lamine Bah

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here