La division est plus que jamais profonde à l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG). Dans une déclaration ce weekend, l’équipe issue du congrès de Mamou a porté de graves accusations contre l’organisation du congrès ayant abouti à l’élection d’un autre bureau à Conakry.

“Le bureau exécutif national de l’USTG porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale de la grave violation des droits de toutes les fédérations syndicales professionnelles, (syndicaux nationaux, unions syndicales régionales, union syndicale préfectorale, unions syndicales communales et secrétaires généraux des dix plus grandes sociétés minières et entreprises industrielles) par ses anciens responsables Louis M’bemba Soumah en tête, Abdoulaye Sow et consorts. Aujourd’hui, les intéressés en débandade après le 6ème congrès régulièrement convoqué par l’ex-secrétaire général Louis M’bemba Soumah, se livrent à des actes déloyaux, à la traîtrise face aux textes juridiques de l’USTG.  Ces actes contre-natures cause d’immense préjudices à la centrale syndicale, à chacune de ses structures et à chaque membre. Après la mobilisation de plus de 90% des structures convoquées à ce congrès, la tenue régulière du congrès et l’élection d’un nouveau bureau exécutif national, Luis M’bemba s’est fait entourer d’un groupe de loubards et de dissidents pour troubler l’ordre normal des choses”, mentionne-t-on dans cette déclaration.

Aux dires de cette faction de  l’USTG, Louis M’Bemba aurait  recruté des loubards pour barricader les portes du siège de la structure en essayant, selon elle, d’engager un véritable coup anticonstitutionnel.

Poursuivant, ces syndicalistes ont fait savoir, qu’au cours du congrès tenu au palais du peuple les 19, 20 et 21 novembre 2018 et sanctionné par l’élection du Camarade Abdoulaye Sow, n’a réuni que des personnes recrutées dans la rue ou dans le milieu proche d’Aboubacar Soumah du SLECG.

“Il y a eu aussi quelques conducteurs de moto-taxis, quelques cireurs de chaussures pris sur l’axe Bambéto, des loubards incontrôlés’’, peut-on lire dans cette déclaration.

Thierno Aliou Barry pour www.guinee114.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here