Alors que le gouvernement et le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) ont pratiquement cessé les négociations, la présidente du Conseil Economique et Social, Hadja Rabiatou Serah Diallo demande aux deux parties de dialoguer.

Le gouvernement Kassory, qui refuse toute augmentation du salaire des enseignants les deux années à venir, semble passer par la force en remplaçant des enseignants grévistes par des contractuels. «Il faut qu’on parle en venant avec des arguments solides et qu’on confronte les idées», lance Hadja Rabiatou Serah Diallo.

Depuis quelques jours, c’est dans la rue et par médias interposés que le gouvernement et le syndicat s’affrontent. «Je pense qu’il faut aller aux négociations, il faut aller autour de la table de négociations, c’est autour de la table qu’on peut trouver la solution aux problèmes dans l’éducation», sensibilise la présidente du Conseil Economique et Social. 

Le gouvernement et le SLECG ont chacun une responsabilité, rappelle Rabiatou Serah avant de mentionner que des concessions doivent être faites de part et d’autre afin de mettre fin à la grève qui paralyse l’éducation depuis près de deux mois .

Ousmane

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here