Lors de son passage mardi à l’Assemblée Nationale pour défendre son projet de budget initial 2019, le ministre de la Justice a évoqué la mobilisation des 78 milliards de francs guinéens, fonds devant supporter l’organisation du procès des événements du 28 septembre 2009.

« On avait présenté un budget chiffré à 78 milliards 87 millions 811 mille 600 francs guinéens. Ce budget comprend la part des partenaires. Les USA offraient 13 milliards 319 millions 600 mille francs guinéens, l’Union européenne, 4 milliards 513 millions. On avait demandé, nous,  60 milliards 255 millions neuf. J’ai soutenu cette demande devant le conseil interministériel, M. le Premier ministre m’a dit qu’il n’y aura pas les 60 milliards mais au moins les 50 milliards. Je ne trahi pas de secret puisque ça été dit en conseil interministériel. J’ai été étonné quand j’ai reçu le projet qui vous a été soumis, de constater qu’on y a réduit à 20 milliards », s’est apitoyé Me Cheik Sacko.

Pour être crédible devant les partenaires, poursuit le ministre, il faut que l’Etat fasse un effort.

C’est alors aux députés maintenant que le ministre Sacko demande de l’aider là où le gouvernement n’aurait pas fait assez d’effort.

« De 20 milliards, il faudrait monter au moins à 40 milliards si vous n’atteignez pas les 60 milliards pour être crédibles devant les partenaires pour que les victimes puissent recourir à leur droit mais aussi pour que les accusés puissent être fixés sur leur sort », a lancé Me Cheik Sacko.

Les députés ont-ils la possibilité de consoler le ministre de la Justice en changeant les chiffres de son projet de budget soumis par le gouvernement ?

Thierno Amadou M’Bonet Camara

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here