La grève déclenchée par le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée(SLECG) paralyse le système éducatif guinéen depuis plus de deux mois.

Affectés par le gel de leurs salaires et la répression de leurs manifestations, les grévistes ont adopté une nouvelle stratégie ce jeudi 6 décembre 2018.

A l’issue d’une assemblée générale au siège du SLECG, les syndicalistes ont décidé de mettre en place un bureau exécutif national des enseignantes qui va diriger de nouvelles actions en préparation.

«L’objectif de ce nouveau plan de bataille est la transmission du combat syndical aux femmes enseignantes pour une plus grande pression afin de ramener le gouvernement autour de la table de négociation», expliquent les leaders de cette structure syndicale.

Thierno Aliou Barry pour www.guinee114.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here