Dans le bureau de l’exécutif communal de Matoto, élu jeudi à l’absence des conseillers de l’UFDG, l’unique femme occupe le poste de troisième vice-maire.  Madame Camara M’Ballou Fatoumata, coordinatrice nationale du parti RDIG, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est plutôt une femme entrepreneuse, conduite ainsi par son destin à la politique.  Elle qui a été la tête de liste du parti de Jean Marc Telliano aux élections communales dans la commune de Matoto, s’est confiée à la rédaction de Guinee114.com.

Interview.

Guinee114.Com: pour commencer, quels sont vos sentiments après votre élection au poste de troisième vice-maire ?

Mme Camara M’Ballou Fatoumata: c’est un sentiment de joie et de satisfaction. Je suis vraiment contente et je remercie tous ceux qui m’ont accompagnée, tous ceux qui ont eu confiance en moi en tant que femme. Je lance un appel à tout le monde d’être là, ensemble nous vaincrons.

Est-ce que cet appel est aussi adressé aux conseillers de l’UFDG qui étaient absents hier à la reprise de l’élection ?

J’appelle tout le monde, tous les conseillers. La Guinée nous appartient tous. Certainement, il y a des divergences par endroits mais la Guinée nous appartient. Surtout la commune de Matoto, c’est une population qui attend beaucoup de nous. Et là, on doit s’investir, oublier nos bords politiques, écouter et aider cette population qui veut notre concours pour le développement de la commune.

Les conseillers de l’UFDG n’ont pas reconnu l’élection de Toss Camara. Ceci ne risque-t-il pas d’entrainer un déficit de légitimité pour votre équipe ? Ils ont même décidé de saisir la justice.

J’ai entendu leur décision, ça les appartient, c’est légitime, c’est la politique. Nous sommes dans la démocratie mais nous on a toujours une main tendue, on les attend pour être là en frères et sœurs guinéens.

En tant que seule femme dans ce bureau, comptez-vous faire imprimer une dynamique pour la promotion de la femme dans cette vaste commune de Matoto ?

C’est mon cheval de bataille, c’est mon combat surtout. C’est ce qui m’a poussée à être là afin de pouvoir aider les femmes et les jeunes. A 5 heures du matin, on ne trouve que les femmes dans les marchés, ce sont elles qui sont toujours victimes de vols, de viols et de tout. Il faut aider cette couche. Il faut accompagner nos sœurs et nos mamans qui se battent pour accompagner la famille.

J’ai toujours dit pendant la campagne, de penser à M’Ballia Camara, Mafory Bangoura et Loffo qui se sont battues pour la nation guinéenne et les femmes guinéennes. Il faut vraiment perpétuer cela en aidant les femmes.

Le choix de votre personne pour le poste de troisième vice-maire découle-t-il d’une ambition personnelle ou c’est le parti qui l’a voulu ?

Non, ce n’est pas seulement que le parti l’a voulu. On s’est côtoyé pendant onze mois. Certainement, mes collègues conseillers ont eu confiance en moi. Ce n’est pas non plus parce que je suis plus que les autres femmes. Chacun a ses propres raisons de vouloir m’accompagner en m’accordant sa voix.

Auriez-vous un appelle à l’endroit de la population de Matoto ?

J’appelle la population de Matoto au calme et à la sérénité. Qu’on se donne la main pour la cohésion, pour le développement de Matoto parce que cette commune en a besoin.

Ils nous ont accordé leurs voix pour les aider. Avec eux on pourrait atteindre nos objectifs mais sans eux, on ne pourrait rien. Il faut qu’ils nous aident notamment dans le cadre de la sécurité et de la salubrité.

Entretien réalisé par Thierno Amadou M’Bonet Camara (Rescapé N04)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here