Après la validation de la Guinée comme pays ayant accompli des progrès significatifs à 71% dans la mise en œuvre des nouvelles normes de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), le secrétaire général du ministère des Mines est passé samedi sur le plateau du JT de la télévision nationale, pour expliquer cette nouvelle prouesse du secteur minier du pays. Répondant aux questions du présentateur, Saadou Nimaga, par ailleurs président du comité de pilotage de l’ITI-Guinée, a surtout expliqué les incidences de cette notation sur l’économie, l’employabilité et la crédibilité de l’activité minière en Guinée. Il n’a pas occulté les perspectives qui attendent le comité de pilotage de l’ITIE-Guinée, dont la composition est jugée vieillissante par les évaluateurs.  

Interview.

 On le sait déjà, depuis 2011, de nombreuses réformes ont été engagées dans le secteur des Mines depuis l’avènement donc du professeur Alpha Condé au pouvoir. La Guinée fait partie aujourd’hui du top 3 des plus grands producteurs de bauxite au monde. Concrètement, qu’est-ce que cette nouvelle validation aux normes ITIE va apporter à la Guinée ?

Permettez-moi d’abord de remercier tous ceux qui ont fourni des efforts pour qu’on arrive à ce résultat. Je voudrais commencer d’abord par monsieur le Président de la République qui s’est battu. Dès qu’il a été élu en 2010, il a fait beaucoup d’efforts, il s’est battu contre les grands du secteur pour la lutte contre la corruption. Cela est un secret de polichinelle. Je salue aussi les efforts de la presse, de la société civile et tous ceux qui ont contribué, les administrations publiques à commencer par le ministère des Mines.

Cela étant dit, déjà en 2014, toujours sous le leadership du président, nous avons pu être validé comme pays confirme.

L’ITIE a changé les perspectives de notations désormais. Maintenant ce sont des grilles, des niveaux. Nous avons atteint le niveau de pays ayant accompli des progrès significatifs.  L’ITIE s’est identifiée aujourd’hui comme une institution de notation qui crédibilise les pays. Etre désigné comme pays ayant accompli des progrès significatifs, cela signifie que la Guinée est devenue une bonne destination pour les investisseurs.

Quand on est une bonne destination, cela veut dire que le secteur minier va connaitre un flux d’investisseurs et que des emplois seront créés, qu’il y aura des retombées financières, qu’il y aura un contenu local suffisant et nous allons nous battre pour que cela soit ainsi avec le grand soutien du président de la République.

L’ITIE est un processus, on le sait. De nombreux ont été produits et vulgarisés. Tout cela entre dans le cadre de la promotion de la transparence. Aujourd’hui  quels sont les prochains défis du comité de pilotage de l’ITIE Guinée ?

Le comité de pilotage va continuer le travail sous la direction de tous les acteurs notamment le président de la République, le gouvernement. Nous, au niveau de l’ITIE, nous allons  continuer à mettre en œuvre un plan d’actions qui est déjà élaboré au niveau du comité de pilotage. Nous avons déjà élaboré ce plan d’actions et mis en place une commission qui travaille dessus.

Ce qui est important de dire aujourd’hui, c’est que nous avons pu, grâce à la dynamique qui a été enclenchée par le président, créer une transformation substantielle du secteur minier en seulement huit ans. Nous étions un pays méconnu notamment pour la bauxite, mais  aujourd’hui nous sommes parmi les grands acteurs.

N’oublions pas qu’il y a eu déjà embellie de la bauxite, il y a eu déjà beaucoup de succès. Aujourd’hui, c’est une politique qui a permis la production de la bauxite, qui va permettre la transformation de la bauxite en Guinée. Nous allons créer des emplois et apporter beaucoup de bonheur aux populations guinéennes.

La Guinée est dans le top 3 des plus grands producteurs de la bauxite au monde…

Depuis 40 ans, il n’y avait pas de production de bauxite en Guinée. Grâce aujourd’hui à toutes ces réformes notamment la validation déjà qu’on avait en 2014, étant déclaré pays conforme, nous avons pu avoir par exemple le financement de l’extension du projet de bauxite de la CBG, nous avons pu avoir aussi le financement de GAC avec les institutions allemandes.

Nous avons pu avoir beaucoup de financements. Un investissement sans précèdent dans le pays. C’est parce qu’il y a eu  un président qui a travaillé, il y a eu une équipe derrière lui qui a pu mener bien cette politique-là. Et d’ailleurs, ce qu’il faut dire, c’est que l’ITIE, par endroit, a classé la Guinée comme pays ayant dépassé les performances qui étaient attendues. Tout cela n’est pas fortuit, c’est quelque chose qu’il faut saluer

Propos transcrits par Thierno Amadou M’Bonet Camara (rescapé N04)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here