dav

A l’absence de son président, Dr. Ousmane Kaba, l’assemblée générale hebdomadaire du Parti des Démocrates pour l’Espoir (PADES) de ce samedi 13 avril 2019 était présidée par le coordinateur général administratif, Mohamed Kaba.

Devant les militants et sympathisants, le président de séance a axé son discours sur l’éventualité d’un troisième mandat et le débat sur la constitution.

«Défendons notre constitution ! Vous avez vu tous ce qui est en train d’être fait pour confisquer le pouvoir. Mais je crois que vous avez vu ce qui s’est passé au palais du peuple, vous avez également vu ce qui s’est passé à Coyah, à Tanènè et il y a quelques jours à Mandiana, des gens ont étés arrêtés  parce qu’ils ont exprimé leur volonté de ne pas participer à un tripatouillage de la constitution. C’est extrêmement grave»,  a mentionné le coordinateur général administratif du parti.

Vous savez, dit-il, il y a des points dans notre constitution qui verrouillent le changement de mandat, il s’agit de l’article 27. Cet article, poursuit-il, est clair : il dit que le mandat du président de la République est de 5ans renouvelable une seule fois.

«Aujourd’hui, nous voyons une tentative de modification de la constitution. On entend par-ci par-là, qu’il a bien travaillé, il faut lui donner le temps de finir ses projets, ça ne passera pas.

Parce que la vie d’une nation ne s’arrête pas à un seul individu. Il faut avoir le respect de l’alternance, il a juré sur cette constitution de respecter la loi et de faire respecter la loi par les autres. Pourquoi ne pas respecter son engagement?» S’est interrogé Mohamed Kaba.

Parlant du front national pour la défense de la constitution, il ajoute: «Faites attention,  nôtre parti PADES est engagé dans un processus, il faut qu’on le suive, ce n’est pas l’affaire d’une seule personne, ce n’est pas l’affaire seulement des partis politiques. Nous avons décidé ensemble: partis politiques, société civile, syndicats, personnes de bonne volonté, tous ceux qui aident la Guinée, qui veulent la stabilité de la Guinée de nous mettre ensemble dans une entité qu’on a appelée, le front nationale pour la défense de la constitution. Cela veut dire qu’aujourd’hui notre pays est en train de courir un grand risque. Et tous les enfants de la Guinée, quel que soit leur bord, qu’on se mette ensemble pour la défense de notre constitution.»

Alpha Amadou Dillo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here