A la rencontre de Mariame Camara, cheffe de cabinet du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement (Interview)

Madame Sano Mariam Camara Cheffe de cabinet du MHA

Madame Sano Mariame Camara fait sa première expérience dans l’administration publique guinéenne en tant que Cheffe de Cabinet au ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement. Après ses études et une expérience professionnelle avérée en dehors du pays, notamment en France, Mariam Camara rentre au bercail. A 36 ans,  elle est nommée le 10 mars dernier par décret présidentiel au poste qu’elle occupe actuellement. Dans un entretien exclusif accordé ce mercredi, 08 juillet 2020 à Guinée114.com, elle nous parle de son parcours et de ses priorités.

Guinee114.com: parlez-nous de votre parcours!

Mariame Camara: je suis de la 45ème promotion de droit de l’université de Sonfonia. J’ai bénéficié d’une bourse en 2009, avant de partir continuer mes études en France où j’ai fait un master 1 en droit public fondamental. Puis j’ai fait un master 2 en administration et management public. Et comme j’avais suivi des cours de marché public qui m’avaient beaucoup intéressé, j’ai aussi fait un master en marché public et partenariat public-privé. Je suis repartie à l’université 5 ans plus tard pour faire un autre master 2 en droit de l’urbanisme et de la construction. A l’issue de ce master, j’ai décroché un travail à la mairie Miagnaloux-Beauvoir en tant qu’assistante juridique où d’ailleurs on m’a proposé un travail que tout le monde ne peut pas refuser en tant qu’assistante du contentieux dans un grand tribunal de France. J’ai fondé une famille là-bas.

Qu’est-ce qui vous a motivée à rentrer en Guinée ?

Je me suis dit que lorsqu’on bénéficie d’une bourse d’Etat, c’est l’argent public qui a été utilisé sur vous. Ce qui m’a poussée à rester dans l’esprit de faire un retour au pays pour servir mon pays. Avec trois casquettes différentes, je me suis dit que je vais forcément trouver quelque chose à faire pour aider mon pays. Je n’ai pas voulu mettre le salaire devant moi. Je me suis sentie patriote et je me suis dit qu’il faut se mettre au service du pays. Et, c’est ce que je demande à tout le monde à l’étranger qui se méfie encore de rentrer au pays.

Quelles sont vos priorités actuelles au sein du ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement ?

Le ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement est un département très important. La priorité pour moi aujourd’hui, c’est de faire le maillage. On a beaucoup de directions qui relèvent de notre département, mais elles se demandent si elles relèvent de nous ou du ministère de l’Environnement. C’est de faire en sorte que les différents organigrammes de toutes les directions soient faits de façon à ce que chacune connaisse sa place et qu’elles se sentent rattachées au ministère.

En plus, c’est de faire en sorte que le département puisse avoir plus de visibilité, que nous soyons plus vus et connus par les actions que nous allons poser à court, moyen et long terme. C’est aussi de faire en sorte que notre ministère soit la vitrine de la promotion de l’emploi jeune. Puisque notre département a aujourd’hui la possibilité à travers des initiatives que nous avons, dans le cadre de l’assainissement, d’aider un grand nombre de jeunes à trouver un travail même si c’est saisonnier.

Votre secret de réussite en tant que femme ?

Ce sont bien les études. J’ai toujours eu envie d’apprendre, la détermination de réussir et de servir mon pays. C’est tout, il n’y pas un autre secret.

Quel est votre message à l’endroit des jeunes filles et femmes ? 

C’est de prendre courage, poursuivre les études jusqu’à la fin, puisque tout ce que les hommes peuvent faire les femmes aussi peuvent l’essayer. Il suffit juste d’être déterminée à réussir dans toute initiative. Donc je conseille aux jeunes filles de prendre les études au sérieux et aux femmes d’entreprendre. Ce sont les seuls moyens par lesquels on peut être autonome.

Votre mot de la fin ?

C’est de remercier le président de la République qui fait beaucoup la promotion des jeunes et des femmes, et le ministre d’État, ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Elhadj Papa Koly Kourouma qui m’a donné l’opportunité aujourd’hui de servir mon pays, de mettre mon expérience au service de la nation. Je reste entièrement à leur disposition pour mettre mon expérience au service du peuple.

Interview réalisée par Mohamed Lamine Bah pour Guinée114.com

Reconduction de Papa Koly: cérémonie de réjouissance au ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement
Lire
Premiers pas de l'Assemblée sous l'ère Damaro: Papa Koly Kourouma donne son avis
Lire