Sortie fracassante de l’opposant Biro Soumah favorable à une manifestation légendaire le 20 juillet

Sortie fracassante de l'opposant Biro Soumah favorable à une manifestation légendaire le 20 juillet

Conakry-Le leader du PPC s’est fait entendre à nouveau ce lundi. Lors d’un point de presse qu’il a animé au siège de sa formation politique à Hamadalaye Kabalaya, Biro Soumah a abordé les questions d’actualité dont, principalement, l’appel du FNDC à une manifestation le 20 juillet 2020.

Le président du Parti pour le Progrès et le Changement (PPC) juge “nécessaire de chasser” Alpha Condé du pouvoir. Pour lui, ce dernier n’a “plus de légitimité” pour continuer à diriger le pays. Une position qu’il justifie principalement par les nombreux cas d’assassinat survenus à des occasions de manifestations du FDNC.

«Il y a des milliers de guinéens qui se sont sacrifiés pour que la Guinée soit sur le bon chemin et un individu ne peut pas en faire ce qu’il veut avec son petit clan. La démocratie cherche à s’enraciner mais chez nous, c’est le contraire avec Alpha Condé qui n’est plus légal, ni légitime. Cette fois, il ne s’agit pas de défendre la constitution mais de demander son départ», dit-il

Le 20 juillet prochain est la nouvelle date annoncée par les adversaires d’Apha Condé pour une nouvelle démonstration de force. Aboubacar Biro Soumah appelle ses partisans à y prendre part, ajoutant que la crise sanitaire qui prévaut dans le pays n’est pas une raison pour renoncer à la défense de la démocratie.

“On voit ce qui se passe dans les autres pays. Même à l’intérieur du pays, Kankan a manifesté. Vous avez vu le monde qui est sorti à Kankan. Le COVID-19 est une maladie réelle mais ça se trouve dans les départements, hôtels et particulièrement avec les dignitaires qui voyagent un peu partout dans le monde. Le peuple n’a pas le COVID-19. Donc ce n’est pas le COVID-19 qui va freiner le combat. Le 3ème mandat est un problème de tous les guinéens. Si ça passe, vous la presse, vous êtes morts, nous les politiciens c’est fini pour nous. Les syndicalistes disent que même la loi qui régit le fonctionnaire a été modifiée. Les institutions de la République sont inféodées. Maintenant c’est le président de la République qui nomme les présidents de ces institutions. La démocratie c’est aussi le contre-pouvoir. Ce n’est pas l’art de tromper. Nous sommes dirigés par des gens qui pensent que la politique c’est l’art de tromper. C’est pourquoi le peuple doit se lever le 20 pour demander le départ de Monsieur Alpha Condé”.

Interrogé sur une possible candidature de son parti à la présidentielle d’octobre 2020, il répond que ce n’est pas exclu. Mais il prévient que tout dépendra de l’issue qui sera donnée aux conditions exigées à la CENI par le FNDC. Concernant le décret qui fait cas de l’installation des chefs de quartiers et présidents de districts, Aboubacar Biro Soumah estime que c’est une autre “diversion” provoquée par le chef de l’Etat pour préparer son projet de pouvoir à vie.

Conakry: le domicile d'un responsable du PEDN cambriolé en pleine journée
Lire

Oury Maci Bah