Affaire 500 millions du chef file de l’opposition: Diabaty Doré en colère

Affaire 500 millions du chef file de l'opposition: Diabaty Doré en colère

Guinée-Ce qu’il convient d’appeler désormais l’affaire 500 millions de francs guinéens, le budget promis au chef de file l’opposition  en Guinée, divise des députés de la nouvelle législature. L’opposant extra-parlementaire, Diabati Doré, se dit déçu que l’argent polarise un débat politique mettant en scène des jeunes. Dans un entretien accordé à la rédaction de Guinee114.com, le président du RPR apporte aussi de l’eau aux moulins de Mamadou Sylla, chef de file contesté.

Selon le président du parti Rassemblement pour la République (RPR), la loi “L036 de 2014 dans son article 9 est claire : est chef de file l’opposition celui qui a plus de députés  à l’Assemblée nationale après la mouvance présidentielle”.  A l’article 10 de la même loi, poursuit-il, le chef de file est le garant de l’opposition. “Donc Mamadou Sylla est bel et bien chef de file l’opposition”, mentionne-t-il.

«Je crois que la nouvelle génération qui est en train de faire la politique doit enlever l’affaire de l’argent dans la tête. Le plus important aujourd’hui c’est de faire en sorte que la population puisse avoir confiance à la nouvelle génération. Je suis outré, navré d’entendre certains députés dire que Mamadou Sylla n’est pas un opposant, qu’il ne mérite pas les 500 millions francs guinéens, qu’il n’a que quatre (4) députés. Aujourd’hui on a des problèmes à Fria, à N’Zérékoré, à Boké… le loyé n’est pas réglementé, il y a partout des choses qui ne sont pas réglementées en Guinée. Le peuple de Guinée attend beaucoup de choses de nos nouveaux députés. Franchement, l’espoir n’est pas là, ce que nous entendons aujourd’hui n’est pas une bonne chose pour notre Assemblée nationale. Des jeunes députés ne parlent que de l’argent», fustige Diabaty Doré, coordinateur général de la Coalition de l’opposition démocratique extra-parlementaire (CODEP)

Nouvelle constitution/Malgré l’arrêt de la Cour constitutionnelle sur la "falsification", une députée persiste: «il y a eu des inexactitudes avérées, qu’on entende le ministre…»
Lire

Mamadou Kouyaté