Affaire vol de bétail à Tougué : ce qui s’est réellement passé 

Un réseau de voleurs de bétail a été démantelé la semaine dernière dans le district de Horé Kollet. La localité est située dans la sous-préfecture de Kouratongo, préfecture de Tougué. Tout est parti du district de Douroun où, selon nos informations, le président dudit district a contacté le maire de la commune rurale de Kollet pour l’informer de la découverte d’un troupeau de 8 bœufs attachés au bord d’un pont en bois. Aussitôt Ibrahima Sory Baldé, communément appelé Kaba, s’est rendu sur place. Ensuite il a négocié avec des jeunes pour le convoi de ces bœufs à la commune rurale de Kollet en échange de quelques billets de francs guinéens. Ce qui fût finalement fait.

« Arrivée à Kollet, j’ai écrit une lettre au Préfet pour l’informer de la découverte de ces bœufs. c’est après cela qu’un communiqué a été passé à la radio rurale demandant aux propriétaires de se rendre à Kollet avec des pièces justificatives pour récupérer les bœufs », relate Ibrahima Sory Baldé, maire de la commune rurale de Kollet

Les propriétaires sont venus comme indiqué par le communiqué. Mais à leur arrivée, il a été demandé à chacun de payer un montant de 500.000 francs guinéens pour récupérer son bœuf.

« On nous a demandés de payer cinq cent milles pour qu’on nous rende nos bœufs. Nous leur avons demandés de diminuer. Ils n’ont pas accepté. Nous avons donc payé l’argent et nous sommes allés nous plaindre chez le Prefet à Tougué parce que nous n’avons pas compris que nos bœufs soient volés et qu’on nous oblige de payer de l’argent pour les récupérer. Nous avons dis au Prefet que nous avons récupéré nos bœufs, mais que nous ne sommes pas contents parce qu’on n’a pas vu les voleurs. Le préfet nous a demandés de payer le prix du carburant pour qu’on aille rechercher les voleurs à Kollet pour les envoyer à Tougué. Nous avons donné 180000 francs guinéens. Mais on n’est pas allé les chercher », révèle Aguibou Baldé, un des propriétaires

Guinée: discours du chef de l'Etat à l'occasion de la fête de Ramadan
Lire

Des témoignages rapportent que les présumés voleurs auraient été arrêtés, ligotés et conduits à Kollet avant d’être libérés avec la complicité du maire. Ils lui auraient donné une somme de 100 millions de francs guinéens. Chose que rejette l’intéressé en estimant avoir joué son rôle dans cette affaire de vol.

« J’ai été appelé par mon président de district de Douroun situé à 27 km, par rapport à une découverte de bétail attaché juste devant un pont en bois. Je me suis rendu sur les lieux avec le chef de cantonement forestier, un gendarme et le chef de poste vétérinaire. Arrivé sur les lieux, le président m’a laissé entendre qu’il n’a pas vu de voleurs, il a vu des animaux. J’ai négocié avec des gens pour convoyer ces animaux à Kollet centre. Ils sont arrivés à deux heures du matin. Le matin, j’ai adressé un courrier au préfet et un autre au juge. Un communiqué a été passé deux jours après à la radio rurale, demandant à ceux qui ont perdu des bœufs de venir avec des pièces justificatives pour les récupérer. On a retrouvé sept propriétaires et la huitième bête est attachée chez moi. C’est à la radio qu’on m’appelle pour me dire que je suis cité dans un problème de vol de bétail, que je suis complice et que j’aurais libéré à hauteur de cent millions de francs », se justifie-t-il.

Contrairement à la version des victimes, il indique que c’est un des présumés auteurs du vol qui avait été arrêté. En plus, il leur reproche d’avoir rendu la suite de l’enquête difficile.

Affaire Saikou Yaya Diallo (FNDC): coup de théâtre à la Cour d'appel de Conakry
Lire

« Effectivement, un jeune du nom de Ibrahima avait été arrêté par  la population et ce dernier aurait dénoncé ses présumés complices qui sont Oumar et Alhassane. Mais ces derniers sont restés introuvables. Le juge a demandé à ce que Ibrahima soit mis à sa disposition pour des besoins d’enquêtes. La population s’est catégoriquement opposée. Ils ont dit que Ibrahima ne bouge pas sans ses présumés complices », soutient-il.

A la question de savoir ce qu’il pense de l’accusation selon laquelle il aurait été complice de la libération des présumés voleurs, il répond : « C’est comme ça que moi aussi je l’ai appris. Mais je ne pense pas que le maire soit compétent pour libérer quiconque parce que ce n’est pas moi qui gère la gendarmerie ».

Concernant les 500.000 francs guinéens payés par chacun des propriétaires des boeufs volés poursuit le maire de Kollet, c’est une information exacte.

« Nous avons donné deux millions de francs aux jeunes qui ont convoyé les bœufs, cinq cent milles francs guinéens comme frais de carburant, deux cents milles comme frais de vidange et trois cent milles pour alimenter les animaux. On l’a fait en lien avec le préfet », précise-t-il.

Toutes nos tentatives pour joindre le commandant de la gendarmerie de Kollet afin d’en savoir davantage sur ce cas de vol sont restées pour le moment vaines.

Contacté par guinee114.com, le Directeur préfectoral de l’élevage agacé par ce qui s’est passé, sollicite le déploiement d’une mission conjointe du haut commandement de la gendarmerie et du ministère de l’élevage à Tougué. L’objectif sera de “voir qui fait quoi et pourquoi”, dit Docteur Elhadj Barry Mamadou Kenda.

Joint aussi, Elhadj Abdourahmane Balde, Préfet de Tougué,  confirme les explications du maire. Par contre, il nie les propos d’Aguibou Baldé sur les 180.000 FG qui seraient versés à la préfecture par les victimes.

Fête de Ramadan et Coronavirus: les recommandations de l'ANSS à l'endroit des musulmans
Lire

« Les présumés voleurs qui avaient été reconnus à distance se trouvaient être des citoyens de Horé Kollet. Et la population de cette localité s’est mobilisée pour mettre main sur ces présumés voleurs qu’on a mis à la disposition de Monsieur le juge qui les a transférés à Labé, pour étude comme il n’y a pas de prison à Tougué », explique-t-il.

« Tout notre souhait est que la justice fasse bien son travail, mène des investigations pour que les voleurs de bétails soient mis à nu et que le vol de bétail cesse à Tougué quand on sait que les populations de Tougué vivent exclusivement de l’élevage” ajoute le Préfet.

Selon nos informations, mercredi dernier, trois des quatre présumés voleurs à savoir Alhassane Diallo, Ibrahima et Oumar ont été conduits à Tougué où ensuite s’est tenue une réunion entre le maire de Kouratongo, celui de Kollet, le juge, le Directeur préfectoral de l’élevage, la coordination préfectorale des éleveurs et le Préfet. À l’issue de la rencontre, le juge a transféré Alhassane et Oumar à la prison civile de Labé. Ibrahima, lui a été gardé à Tougué faute de preuves contre sa personne. Quant au quatrième présumé voleur du nom de Thierno, il reste pour le moment introuvable.

Ces jeunes présumés voleurs ont-ils été pris en flagrant délit de vol de bétail avant d’être libérés moyennant de l’argent ? Le maire de Kollet et celui de Kouratongo sont-ils impliqués dans cette affaire? Ces présumés voleurs agissent-ils seuls ou en complicité avec d’autres ?

Voilà tant de questions auxquelles la justice doit aider à répondre.

Diop Ramatoulaye