Allègement des mesures sanitaires: ce qu’en pensent des citoyens de Conakry

Allègement des mesures sanitaires: ce qu'en pensent des citoyens de Conakry

Lundi soir, le chef de l’Etat s’est adressé à la nation pour alléger les mesures sanitaires. Alpha Condé a annoncé la réouverture des classes d’examen et universités sur l’ensemble du pays le 29 juin prochain. Autre réouverture annoncée, c’est celle des lieux de culte (mosquées et églises) à partir du 22 du même mois mais uniquement dans les villes, préfectures et zones qui n’ont connu aucun cas de coronavirus pendant 30 derniers jours. Au lendemain de cet allègement, les réactions divergent. Si certains citoyens le trouvent soulageant, c’est le contraire pour d’autres..

A l’arrêt de taxis d’Enco5, des personnes cherchant à se rendre à leurs lieux de service semblent toutes au courant de l’assouplissement des mesures sanitaires. Moumini Bah est sur place depuis quelques minutes. Ambulant au grand marché de Madina, il ne trouve rien de satisfaisant dans l’adresse à la nation du président Alpha Condé.

«Ce que j’espérais de plus, c’était que le nombre de passagers dans les taxis soit augmenté afin que le prix du transport puisse baisser. Je paie beaucoup d’argent en aller et retour entre chez moi et Madina. Or, ce que je gagne par jour est trop peu. Franchement je ne suis pas content de sa sortie. Les écoles ou lieux de culte ne sont pas plus importants que de soulager la population en conditions de vie»,  se justifie-t-il.

Boubacar Camara ne partage pas cet avis. Lui aussi rencontré au même endroit, se prête au micro de Guinee114.com: “Ce qu’a fait le président est salutaire. Au moins on est assuré que l’année scolaire et universitaire en cours ne sera pas blanche. Je suis pour le maintien de la décision limitant à trois le nombre de passagers dans les taxis. Avec ce nombre, la distanciation est possible à bord. Certes le transport est cher mais on est dans une crise sanitaire. Tout ce qui aide à la combattre efficacement est nécessaire”, dit-il.

Menace de manifestation des enseignants du privé : l'Association des Fondateurs d'Ecoles Privées brise le silence et apporte des précisions
Lire

L’une des mesures assouplies est le couvre-feu. Désormais, il est en vigueur entre 23h et 4h au lieu de 22h à 5h. Concernant le port du masque, il reste maintenu et obligatoire sur l’ensemble du territoire.

Oury Maci Bah