Anti-troisième mandat: après deux mois de prison, un administrateur territorial s’exprime (Interview)

Anit-troisième mandat: après deux mois de prison, un administrateur territorial s'exprime (Interview)
Arrêté le 11 février dernier puis mis en prison pour  attroupement illégal et délictueux, tentative de destruction de biens publics, Yamoussa Sylla vient de regagner sa famille après un peu moins de deux mois en prison. Acquitté par la justice, ce chef du secteur 4 du quartier Simbaya École, dans la commune de Matoto, a été triomphalement accueilli dans son  quartier la semaine dernière. Yamoussa Sylla a accordé une interview à Guinee114.Com.
Lisez !!!
Guinee114.com: vous êtes de l’UFR et donc membre du FNDC. Vous avez été arrêté en février dernier, peut-on connaitre les circonstances de votre arrestation ?
Yamoussa Sylla: l’arrestation a eu lieu dans la nuit du 11 au 12 février 2020 dans les environs de minuit à mon domicile en compagnie d’un ami, pendant que je venais à peine de fêter mon anniversaire cette nuit avec la famille et les amies de madame qui ont bien voulu me faire une surprise à cette occasion.
Vous avez été arrêté puis conduit d’abord à la DPJ. Lors de votre audition que s’est-il passé ?
J’ai été auditionné à la DPJ , mais pas par des OPJ, plutôt par une commission mise en place par Fabou et composée d’éléments des services de renseignements généraux à la présidence et ceux de l’Interpol. Le jeudi 13, de 17h à 22h dans les locaux de l’Interpol sans la présence d’un moindre avocat. Le vendredi 14, de 10h à 17h dans les mêmes conditions.
 Après vous êtes envoyé en prison. Décrivez-nous les conditions de votre détention.
Les conditions de détention étaient un peu appréciables.
Après donc un peu moins de deux mois, vous avez retrouvé votre famille et vos proches. Dans quelle atmosphère vous a été accueilli à domicile ?
 J’étais très heureux de retrouver ma famille et ma liberté grâce à Dieu et à mes compagnons et nos vaillants avocats. Pour l’accueil, j’ai été très surpris et ému de trouver les jeunes, les femmes et les sages du quartier en liesse à 500 mètres de chez moi, faisant des ovations à mon arrivée. C’était vraiment chaleureux.
Alors vous êtes en même temps chef secteur 4 du quartier Simbaya École, est-ce que votre engagement dans l’opposition n’a pas constitué une menace aussi pour votre poste de chef de secteur ?
Bien sûr que si. Sauf que c’est après mon arrestation que je l’ai su à travers le comportement des collègues membres du bureau du conseil de quartier qui n’ont pas daigné me rendre la moindre visite, même à ma famille jusqu’à ma libération.
Vous sortez de prison, quel est votre avenir politique ?
J’ai toujours été animé de conviction politique et j’ai choisi de militer positivement dans un parti politique (UFR NDLR) dans l’optique de contribuer au changement positif et au développement de notre nation. Je suis fier et continuerai de le faire. Je me battrai toujours et sans relâche dans la légalité et dans la mesure du possible, pour consolider notre démocratie et notre constitution.
Entretien par Alphonse
Coronavirus: plus de cent nouveaux cas enregistrés en Guinée
Lire