Assemblée nationale: Abdoulaye Kourouma dénonce une “dictature” de la majorité

Assemblée nationale: Abdoulaye Kourouma dénonce une

Le leader du rassemblement pour renaissance et le développement  (RRD) a animé une conférence de  presse ce mardi, 14 juillet 2020, au siège de son parti sis à Sangoyah dans la commune de Matoto. Il s’est agi pour le député de parler de son éjection du poste de sixième secrétaire parlementaire à l’Assemblée nationale. Entourés des membres du bureau exécutif de sa formation politique, l’honorable Abdoulaye Kourouma a accusé les députés du parti au pouvoir d’être à l’origine de son exclusion du Bureau de l’Assemblée, à cause de son opposition à la nouvelle constitution.

«Mon éjection du Bureau Exécutif de l’Assemblée nationale est due à notre prise de position politique. Mon ex-patron, feu honorable Jean-Marie Doré, me disait: le député qui ne parle pas doit être payé. Les lois organiques doivent être adaptées à la constitution. Dès lors qu’il y a un problème autour de la constitution, il était de mon droit de demander laquelle des constitutions (du 22 mars 2020 et celle 10 mai 2010 ndrl) il faut adapter ces lois organiques à partir du moment où il y a des problèmes. Nous sommes mandants du peuple. On me dit sur cette constitution, on ne doit parler. Je dis mais quel est notre rôle ici ? Il faut qu’on parle. Il qu’on dénonce », a-t-il fait savoir à l’entame de son discours de circonstance.

Si le député ne parle pas, d’après l’honorable Abdoulaye Kourouma, la loi donne au moins l’autorisation à une dizaine de députés de saisir la cour constitutionnelle pour une mise en accusation. Une démarche qui, selon lui, dès   l’entame a rapidement fait monter la tension entre lui et les députés de la majorité (RPG Arc-en-ciel).

Gestion des corps des «martyrs» du FNDC: Ibrahima Bangoura (Ufr) dénonce un cynisme jamais vu en Guinée
Lire

« J’ai commencé les démarches. Le ministre de la justice d’alors s’est prononcé là-dessus mais ce n’était pas satisfaisant. On me dit bon, vous continuez à dénoncer, vous quittez le bureau », a révélé le député qui juge impossible d’être intimidé à cause  de sa prise de position politique. « Nous sommes fiers et on assume. Ce n’est pas à cause des avantages et des miettes qu’ils vont nous empêcher de suivre notre ligne politique. Il est hors de question», a martelé le président du RRD.

D’après Abdoulaye Kourouma : « même le règlement intérieur de l’Assemblée a été modifié juste à cause de ce poste. Sinon il n’y aurait pas eu de changement. « L’élection pour renouveler des membres du bureau c’était à chaque rentrée parlementaire. Et vous avez un an renouvelable mais puisque je devrais faire un an et ça devrait les empêcher de continuer à envoyer des lois qui peuvent donner l’autorité ou pouvoir à un individu pour faire du pays ce qu’il veut, les articles 17 et 20 ont été modifiés.  Au lieu de la rentrée parlementaire, c’est de la faire à la fin de chaque session. Juste pour permettre d’éjecter Abdoulaye Kourouma à la fin de la session passée » a-t-il expliqué.

Mamadou Kouyaté