Bah Oury sur la nouvelle Assemblée nationale: « Celui qui s’installe par la force, risque de partir de la même manière »

L’installation de la nouvelle Assemblée nationale et l’élection d’Amadou Damaro Camara à sa tête continuent à faire l’objet de critiques du côté de l’opposition. Ce mercredi, c’était au tour du président de l’UDD de hausser le ton. Invité dans l’émission “œil de lynx” de la Radio Lynx FM, Bah Oury a jugé le profil du désormais homme fort de l’hémicycle guinéen “incompatible” avec l’unité nationale.

En ce lendemain de la session inaugurale de la nouvelle Assemblée nationale, les opposants au régime d’Alpha Condé, notamment ceux qui avaient boycotté le double scrutin du 22 mars 2020, se font entendre. L’un d’eux à avoir réagi par voie de presse est le président de l’UDD. A ses yeux, Amadou Damaro Camara ne mérite pas la place qui lui a été confiée pour les 5 ans à venir.

« C’est une personnalité qui a été caractérisée par une agressivité vis-à-vis d’une partie de la communauté nationale, et n’incarne pas de ce fait, une capacité de rassemblement, une capacité d’assurance autres communautés que la voit aller dans le sens d’apaisement et réconciliation nationale et la decripation. Tout au contraire, ce serait une crispation exacerbée », se justifie-t-il.

Précisant que “celui qui s’installe par la force risque de partir de la même manière”, Bah Oury a déploré ce qu’il appelle ” une Assemblée nationale à parti unique”. Il a terminé par souligner que cet état de fait constitue une faillite morale et politique pour le pays.

Souleymane Bah

233 détenus graciés par Alpha Condé: Grenade fait-il partie ?
Lire