Bella Bah annonce une action en justice: «des bérets rouges se sont permis de tirer sur les citoyens» à Coyah

Il faut reformer le système bancaire Guinéen (Par Bella Bah)

Les crimes à Coyah ne resteront pas impunis, la jeunesse citoyenne portera plainte aux côtés des victimes

La vie humaine est devenue trop banale dans notre pays, l’humanisme a foutu le camp, des personnes censées protéger des pauvres citoyens peuvent se permettre de les frapper, les humilier, les tuer et que cela reste lettre morte. Nous devons désormais nous engager pour protéger la vie humaine, peu importe les façons de revendiquer des citoyens, il y a des moyens appropriés pour ne pas commettre des crimes. 

Ce qui s’est passé à COYAH est au-delà des mots, des bérets rouges se sont permis de tirer sur les citoyens, pire sur une femme en état de famille bien que prise en charge de nos jours par L’Etat qui a occasionné cette violence. 

Nous ne devons pas nous taire, encore moins laisser passer cela, nous devons nous mobiliser pour mettre fin à cette barbarie de trop et surtout dire plus jamais ça dans notre pays. 

La jeunesse Citoyenne en collaboration avec les différentes victimes,  et les bonnes volontés, travailleront pour porter plainte contre ceux qui ont commis ces différents crimes.  La  justice sera mise à rude épreuve afin que nous sachions de quel côté, elle se trouve aussi.

Il faut désormais que ça cesse, on peut  pas continuer à tuer des citoyens comme des moutons et responsabiliser Dieu, alors que les militaires qui viennent pour la sécurité ont des responsables, Qui a donné l’autorisation de sortir avec les armes à feu? Qui a ordonné l’ordre de tirer ? Qui a tiré sur les citoyens à Coyah ? Nous travaillerons pour trouver les réponses. 

Tribune-Entraves idéologiques à l'instauration d'un état de droit durant le premier "cycle constitutionnel" guinéen (1958-1990)
Lire

Ça prendra le temps que ça prendra, mais ceux qui ont tué les citoyens de COYAH et qui ont donné les ordres, seront traduit devant la justice et paieront pour leurs forfaitures, l’impunité cessera dans ce pays. 

Nous lançons un appel aux bonnes volontés de nous accompagner dans ces démarches et surtout la contribution des citoyens, surement des vidéos, des photos, des témoignages pour nous permettre de mettre fin à ces exactions. 

Nous allons contacter des avocats citoyens et travailler ensemble pour très rapidement déposer une plainte.

Ça sera une façon de protéger les futurs manifestants, si nous laissons faire, les manifestants continueront à se faire tuer alors que leurs revendications sont légitimes et reconnus par la constitution Guinéenne. 

Travaillons pour faire cesser les crimes. 

BAH Abdourahamane Bella 

Président de la jeunesse citoyenne 

[email protected]

620-38-91-68