Composition de la HAC: le syndicat de la presse privée compte désormais sur les députés

Composition de la HAC: le syndicat de la presse privée compte désormais sur les députés

Guinée-Après l’échec de ses démarches auprès du ministère de la Justice afin qu’il soit pris en compte dans la recomposition en vue de l’équipe de la Haute Autorité de la Communication (HAC), le Syndicat des Professionnels de la presse privée (SPPG) fonde désormais son espoir sur les députés à l’Assemblée nationale qui devraient adopter la nouvelle loi sur la HAC les jours à venir.

C’est dans ce sens qu’il a conjointement animé une conférence ce mardi ce 16 juin 2020 avec l’Association des professionnelles Africaines de la communication (APAC-Guinée) à la maison de presse à Kipé.

«Il y’a une loi qui doit être révisée dans les prochains jours à l’Assemblée nationale. Nous interpellons les honorables députés autour de la loi L03 concernant la composition future de l’équipe dirigeante de la Haute autorité de la communication (HAC). À défaut d’ajouter le nombre de représentants de la presse sur les 5 places acquises au temps du CNDD à la HAC, c’est de les prier de maintenir ces 5 places pour les associations, les structures de presse. Au-delà de ça, c’est de prendre en compte la préoccupation des employés qui sont aujourd’hui autour du syndicat de la presse privée . C’est-à-dire, que les employés aient leurs représentants. Il faudrait que la loi tienne compte des employés de presse en tenant compte de la réalité sur le terrain et de la représentation. Nous souhaitons avoir des places à la HAC à l’image des autres pays de la sous-région», déclare Sidi Diallo secrétaire général du SPPG.

Selon la représentante de l’association des professionnelles Africaines de la communication section guinéenne (APAC-Guinée), Aissatou Lamarana Diallo, «le SPPG aussi est mieux placé pour avoir un représentant à la HAC. Car on a vu leurs actions sur le terrain». 

Mamadou Kouyaté

Elim. CDM cadette 2020: la Guinée écarte la Guinée-Bissau !
Lire