Dubréka: la fermeture des maquis ignorée à Keitaya

Dubréka: la fermetures des maquis totalement ignorée à Keitaya

L’état d’urgence sanitaire relatif à la fermeture des bars est complètement foulé au sol dans le quartier de Keitaya, commune urbaine de Dubréka. Des maquis, lieux de consommation d’alcool et autres stupéfiants, continuent à grouiller de monde.

Vendredi, 10 juillet,  un reporter de guinee114.com a fait un tour dans ledit quartier, précisément dans le secteur 5. Le constat est désolant. Les mesures d’urgence sanitaire sont  violées de manière flagrante. De la fermeture des bars à l’interdiction des regroupements, en passant par le port obligatoire des bavettes,  rien n’est respecté.

“Ce n’est pas le Coronavirus qui va m’empêcher de venir faire ce que j’ai l’habitude de faire. C’est-à-dire boire boire du vin blanc et fumer. A ma connaissance, aucun cas de Coronavirus n’a jusque-là été enregistré dans le quartier. Alors on va continuer à venir ici nous amuser”, nous a répondu sous l’anonymat, un habitué de ces maquis.

“Je viens ici pour fumer de la chicha. J’y suis habitué. Je bois du vin blanc aussi parfois. Mais ce qui m’intéresse le plus, c’est ma chicha. C’est ce que je prends et que je me sens à l’aise” , nous a confié également sous l’anonymat,  un autre client des lieux.

A l’extérieur de ces maquis comme à l’intérieur, des groupuscules de jeunes étaient visibles. Pendant que certains fumaient de la chicha ou du chanvre indien, d’autres buvaient de l’alcool. Une situation quotidienne, à en croire des riverains.

Notre reporter a été interdit de prendre des images.

 Oury Maci Bah

Construction du siège de l'Assemblée: Damaro crée un comité, met que des siens et provoque la colère de l'opposition
Lire