Elections du 22 mars: Bah Oury dénonce le “mensonge institutionnalisé”

Elections du 22 mars: Bah Oury dénonce le

Le président du parti Union pour la Démocratie et le Développement (UDD), était l’invité de l’émission les Grandes Gueules ce mercredi 25 mars 2020.

L’ancien vice-président de l’UFDG a évoqué les élections législatives et référendaire du 22 mars, émaillées de violences dans le pays. «J’ai entendu un ministre d’Etat parler, disant que tout s’est très bien passé, c’est inadmissible ! Le mensonge est institutionnalisé dans ce pays. Il est incontestable que la majorité de la population guinéenne ne s’est pas déplacée pour participer à ce vote et il est incontestable que l’écrasante majorité de la population n’a pas été recensé en conformité avec les règles et de ce point de vue, ces élections n’ont aucune valeur au regard du droit guinéen» a déclaré le président de UDD, Bah Oury.

En Guinée, poursuit-il, des personnes qui portent des uniformes se comportent comme des mercenaires vis-à-vis de leur propre population. “Cela est inadmissible. Mais c’est le pouvoir politique qui est responsable. Il n’y a aucune sanction, il y a l’impunité totale. Et ça, ce sont les violences physiques. L’autre violence qui est la plus insidieuse, est la violence institutionnelle. On viole les lois, les règles, on ne respecte rien. Et après, on met un manteau comme on est attitré ministre, on parle de souveraineté mais la souveraineté appartient au peuple de Guinée et le peuple de Guinée n’a pas voulu de ce double scrutin, il l’a exprimé, il l’a montré», a dénoncé Bah Oury.

Sur le déroulement du double scrutin le 22 mars dernier, Bah Oury parle de  simulacre d’élection qui ne peut jamais prospérer dans le pays. Pour lui, le peuple de Guinée est mâture pour ne plus se laisser manipuler par “un clan qui utilise le mensonge comme arme d’Etat”.

A signaler qu’au cours des affrontements qui ont éclaté en marge des élections législatives et référendaire, le FNDC a déploré au moins une dizaine de morts dans la capitale Conakry et plusieurs autres à N’Zérekoré.

France: l'état de santé du président Alpha Condé évoqué (Communiqué)
Lire

Sam Bantignel