Elections du 22 mars, violences à N’Zérékoré: le point de vue de Dalein

Calendrier de reprise des manifestations: Dalein d'importantes annonces
Guinée-En marge d’une conférence de presse tenue ce mercredi 25 mars 2020 par les leaders du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), Cellou Dalein Diallo président de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée ( UFDG), s’est exprimé sur le déroulement du double scrutin législatif et référendaire du 22 mars 2020.

“Je voudrais réitérer nos félicitations au peuple de Guinée qui a été à la hauteur des défis. On a empêché que le coup de force soit perpétré. Il n’y a pas eu d’élections, les gens l’ont fait avec un esprit de sacrifice admirable, ils ont sacrifié même leurs vies pour la défense des acquis démocratiques dans notre pays. Aujourd’hui le gouvernement est embêté parce qu’il a envie de légitimer sa mascarade. Lorsque j’écoute ses porte(paroles, je tombe des nues parce qu’on veut justifier l’injustifiable en disant que ça s’est bien passé.(…). Ils sont sans scrupules. Les contrevérités proférées  par le MATD sont révoltantes. A Dalaba, il n’y a pas eu d’élection dans aucune sous sous-préfecture”, a t-il lancé.
Le chef de file de l’opposition est aussi revenu sur les événements de N’Zérékoré en dénonçant ce qu’il qualifie «d’instrument de division».
«Mais ce qui est aujourd’hui plus révoltant, c’est Alpha Condé qui réchauffe son instrument actuel de division. Pendant longtemps la répression était dirigée sur une communauté parce qu’il voulait dire que toute la Guinée est avec lui sauf une région. On a tué des enfants de moins de vingt ans, ciblés. Lorsque la résistance contre le troisième mandat a été forte en forêt, on dit qu’on s’attaque à une communauté. On les assassine, on les tue, on les brûle vifs et on développe cette théorie”, s’est indigné le président  de l’UFDG.
“Ce n’est pas parce qu’un opposant à son système est ressortissant d’une communauté qu’on peut considérer que cette communauté mérite la guillotine. Les guinéens veulent être unis. Nous voulons une République de citoyens. N’acceptons pas de tomber dans le piège d’Alpha Condé. Aujourd’hui en forêt c’est le calvaire. (…) Le problème de l’unité nationale c’est Alpha Condé. Il faut qu’on se mobilise pour mettre fin à sa dictature qui met en cause non seulement les acquis démocratiques mais aussi l’unité de notre nation pour promouvoir la tolérance, la confiance entre les fils du pays sans distinction”, dira t-il.
Pour Cellou Dalein Diallo, “nous devons être fiers de la pluralité linguistique et culturelle de la Guinée, c’est une richesse énorme, ça ne peut pas opposer  les gens”.
Diop Ramatoulaye
Présentation du chronogramme des élections présidentielles: ouverture des travaux sans l'UFR et l'UFDG
Lire