Fête du travail: le cris de cœur d’un enseignant du privé à l’Etat guinéen

C’est une fête sans joie qui se passe en ce 1er Mai pour de nombreux travailleurs guinéens. C’est le cas des enseignants notamment ceux du privé. Depuis que les écoles sont fermées à cause du Coronavirus qui sévit dans le pays, ils sont confrontés à d’énormes difficultés de conditions de vie. L’un d’entre eux a profité du micro de guinee114 pour lancer un appel à l’Etat.

Il s’agit d’Alpha Diallo. Désormais chômeur car tous les établissements scolaires fermés, il mène actuellement une vie très difficile.

« L’Etat doit penser aux enseignants du secteur privé. Nous avons des familles à nourrir et nous comptions sur les cours que nous donnons dans ces écoles privées. Mais dans le privé, on dit l’heure consommée, c’est  l’heure payée. Donc actuellement on est en difficulté. Nous avons des logements à payer, la nourriture aussi », a-t-il lancé.

Ce qu’il demande au Gouvernement dans le contexte actuel, c’est de venir en aide aux enseignants du privé. Il rappelle que ces derniers ont aussi des charges d’ordre familial: « L’Etat ne peut pas employer tout le monde mais si l’Etat accompagne ceux qui se sont lancés dans le secteur privé en les subventionnant, je crois que nous aussi enseignants, on sera payés. Bien que la maladie ait fait une crise mondiale, mais un sac vide ne s’arrête pas. Ceux qui sont dans les écoles privées ont des familles à nourrir. Nous demandons à l’Etat nous venir en aide ».

Souleymane Bah

Des électeurs avec plus d'une carte: le président de la CENI s'explique
Lire