Flambée du Covid-19 à Conakry: un défaut de responsabilité des gouvernants (Tribune)

Flambée du Covid-19 à Conakry: un défaut de responsabilité des gouvernants (Tribune)

Chaque année les défis mondiaux de développement durable croient de me que croît la population mondiale. La santé et le bien-être des populations trouvent donc confortablement leur place parmi les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) définis en 2015 par les Nations Unies après l’échéance des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD).

Si bon nombre de pays émergents ont fait d’énormes progrès, force est de reconnaitre que certains pays dont plusieurs du vieux continent africain peinent encore à se doter d’un système de santé efficace fondé sur des politiques et stratégies solides et pertinentes adaptées au contexte local. Par conséquent, ils restent vulnérables aux grandes endémies pouvant entraver tout le processus d’émergence enclenché.

Face à cet état des faits, le bureau Afrique de l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) dans sa traditionnelle mission d’offrir aux pays les connaissances et l’expertise nécessaires afin de les doter de systèmes de santé,  a placé son deuxième forum sur la santé en Afrique (tenu en mars 2019 au Cap-Vert) sous le thème « l’Afrique que nous voulons ». Cet évènement scientifique majeur auquel j’ai eu l’honneur de participer a largement discuté de la Couverture Sanitaire Universelle (CSU) et du Règlement Sanitaire International (RSI) dont les indicateurs restent mitigés pour la quasi-totalité des pays du continent. Ce qui les rend plus vulnérables aux catastrophes sanitaires avec une forte probabilité de létalité très élevée.

Vraisemblablement, l’on pouvait imaginer que certains pays ayant été confrontés aux grandes endémies pendant ces cinq dernières années ont pu tirer tous les enseignements nécessaires et sont désormais à peu près outillés (expertises et dispositifs) pour venir à bout de toutes éventuelles endémies qui surgiraient. Tel était le scénario imaginé pour la Guinée à l’image du Vietnam qui est aujourd’hui une école en matière de gestion du Covid19 grâce à son expérience tirée de la survenue du Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS) qu’il a connu en 2003.

POURQUOI LA GUINEE N’A-T-IL PAS TENUE LES PROMESSES ?

La Guinée, après l’épidémie de la Maladie à Virus Ebola (MVE) pour ne pas citer celles de choléra et autres survenues antérieurement, devrait de toute évidence être une école pour les autres pays du continent dans la gestion de cette pandémie de la Maladie au Corona Virus 19 (COVID-19) qui secoue le monde entier.

Un mois après la notification du premier cas, au fur et à mesure que les jours passent, les chiffres grimpent et l’angoisse augmente chez les populations. D’après une tribune d’un compatriote guinéen comparu chez le site d’information « Ledjely.com », le New-York Times nommait la Guinée comme le pays enregistrant la pire évolution du virus en Afrique, avec un nombre de malades doublant tous les six jours. Face à ces évidences qui nous crèvent les yeux et susceptibles de nous emmener à colère saine, nous nous apercevons que la situation est critique et que l’on peut oser se dire que nous n’étions que dans une profonde illusion qui nous éloignait de certaines faiblesses masquées qui se dévoilent et caractérisées par :

  • Des conditions de vies peu appropriées dans les centres de traitement épidémiologiques;
  • Un retard dans les analyses de laboratoire parfois confuses ;
  • Une insuffisance d’intrants nécessaires au dépistage et à la prise en charge ;
  • Un retard dans les prises de décisions visant à limiter la propagation de la maladie ;
  • Des défaillances dans la coordination des actions de surveillance et d’alerte.
Tranfert d'argent via opérateurs de téléphonie: il raconte comment il a déjoué une tentative d'arnaque
Lire

Après la Maladie à Virus Ebola (MVE) :

Qu’avons-nous du plan de relance post-Ebola qui prenait en compte une réforme profonde de notre système de santé ?

Le fonds national de relance et résilience post-Ebola présenté aux partenaires au développement en septembre 2016 d’abord au niveau puis international lors d’un Side Event en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New-York, avait pour rappel suscité assez d’espoirs. Ce plan au montant de l’ordre cinq cent millions de dollar américains, prévoyait cent quarante-un millions de dollars (soit un peu plus du quart du montant global) au pilier santé, réduction des risques et contingence l’un des 5 piliers sur lequel il repose. Parmi les actions figurent :

  • l’augmentation de l’utilisation des services préventifs et curatifs dans les structures de soins ;
  • Le renforcement des capacités de prévention et d’alerte précoce face aux risques dans la prévention et la préparation (y compris pour les risques sanitaires) ;
  • La dotation des départements en moyens nécessaires et efficaces permettant d’accroitre les  capacités opérationnelles de réponse aux urgences (y compris celles sanitaires), de relèvement et de reconstruction post-catastrophe. 

Qu’avons-nous fait du rapport d’évaluation externe conjointe des principales capacités RSI (Règlement Sanitaire International) de la Guinée fait par l’OMS en 2017 ?

Le Règlement Sanitaire International (RSI 2005) est un instrument international juridiquement contraignant pour les 194 Etats membres de l’OMS qui l’ont adopté, lors de la 58ème Assemblée Mondiale de la Santé le 23 mai 2005. Entré en vigueur le 15 juin 2007, il a pour objectif de «Prévenir la propagation internationale des maladies, de protéger, de maîtriser et de réagir en temps réel par une action de santé publique proportionnée et limitée aux risques qu’elle présente pour la santé publique, en évitant de créer des entraves inutiles au trafic et au commerce internationaux ». Le RSI définit ainsi les obligations des Etats Parties à développer des capacités de détection et de riposte pour des évènements de nature médicale, biologique, chimique ou radiologiques et à rapporter annuellement à l’assemblée mondiale de la santé leur niveau d’avancement dans sa mise en œuvre.

Tribune-Qui est Soua DORE, la nouvelle DAF du ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire ?
Lire

L’évaluation des capacités de la Guinée en la matière, relevait des insuffisances dont il était impératif de remédier pour réduire notre vulnérabilité faces aux urgences et catastrophe sanitaires. Ce sont entre autres :

  • L’élaboration et l’application d’un plan national multidangers de préparation et d’action en cas d’urgence de santé publique ;
  • La cartographie des risques et les ressources de santé publique prioritaires ;
  • La mise en place d’un système pour l’envoi et la réception de moyens médicaux lors d’une urgence de santé publique ;
  • La mise en place d’un système pour l’envoi et la réception de personnels de santé lors d’une urgence de santé publique ;
  • La mise en place d’un plan et mécanismes de systèmes de communication sur les risques (plans, mécanismes,..).

 

COMMENT SOMMES-NOUS RESTES A LA CASE DE DEPART ?

Les grosses questions tournent sans cesse dans mon petit crâne. Je me demande comment sommes-nous restés à la case de départ ? Pourquoi avons-nous osé laisser le CT-Epi de Nongo dans son état initial pendant nous nous préparons à accueillir une maladie dont la contagion est plus facile et rapide ? Quelles sont projections faites qui nous rassuraient avant l’enregistrement du tout premier nous cas ? Quelles sont les dispositions que nous avions préconisées pour pallier rapidement à la pandémie dès qu’elle sera enregistrée ?

Face à ces questions qui emmènent à une déception et à une tristesse sans précédent, on peut légitimement se poser encore et encore les questions suivantes :

  • Est-ce qu’un défaut de qualification du personnel soignant ?
  • Est-ce qu’un manque de ressources financières conséquentes ?
  • Est-ce qu’un manque de leadership ?

A la suite de mon analyse taillée sur mes connaissances du domaine, je dirai tout simplement que la classe gouvernante a manqué au rendez-vous du leadership caractérisé par un manque de responsabilité et professionnalisme.

Oui :

  • Un leadership qui devrait nous donner une vision plus claire et plus audacieuse du système de santé qu’il nous faut.
  • Un leadership qui devrait nous permettre d’avoir un management plus léger, peu onéreux et agile.
  • Un leadership qui devrait mettre au premier plan la valorisation des connaissances locales et l’innovation technologique.
  • Un leadership qui devrait nous doter d’installations fiables et efficaces pour un dépistage rapide et une prise en charge correcte.
  • Un leadership dont la pertinence des décisions devrait éviter une redondance des entités aux missions similaires (Institut National de santé Publique, Agence Nationale de Sécurité Sanitaire et la Direction Nationale des Grandes Endémies et de Lutte contre les Maladies) entrainant un flou dans les responsabilités et des querelles de leadership.
  • Un leadership qui devrait éviter la création de Directions ou Agences plus puissantes que leurs départements de tutelle et une mauvaise gestion et répartition des ressources financières et humaines.
De la responsabilité du journaliste en période de crise (Par Facely Konaté)
Lire

QUE NOUS FAUT-IL ?

A la lumière des interrogations posées ci-haut, et me fondant sur certains éléments d’appréciation des rendements, je suggère :

  • Pendant cette crise :
  • Faire recours aux infrastructures plus adaptées pour confiner et isoler individuellement tous les cas contacts (appelés dans l’expérience vietnamien F1) et si possible les contacts des cas contacts (appelés F2) ;
  • Faire recours à l’Agence de Régulation des Postes et Télécommunications (ARPT) et les services de sécurité pour le repérage de tous les cas confirmés et contacts non retrouvés par les services de prise en charge afin de les confiner ;
  • Cartographier et stratifier les zones à risques et celle ayant connu des cas pour mettre en place des cordons sanitaires et apporter une réponse en intrants pour promouvoir les gestes barrières ;
  • Renforcer le dispositif de prélèvement et d’analyse au laboratoire afin d’informer chaque patient de son résultat dans un délai maximum de 48 heures et d’éviter tout égarement des résultats comme certains cas rapportés ;

 

  • Après la crise :
  • Faire de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS) une division de l’Institut National de Santé Publique (INSP) qui existe depuis 1995 et qui intègre la surveillance sanitaire dans ses domaines d’intervention ;
  • Un diagnostic organisationnel (opérationnel et structurel) de l’INSP afin de mettre un plan de renforcement des capacités lui permettant de répondre aux nombreux défis en matière de santé publique ;
  • Faire de la mobilisation des informations (statistiques et scientifiques) une démarche autonome à travers la mise en place des fonds domestiques spéciaux institutionnalisés dont le montant est défini périodiquement selon les orientations par un comité scientifique pluridisciplinaire mis en place ;
  • Un transfert de compétences et de technologies ;
  • L’institutionnalisation d’un fonds d’urgence sanitaire dont le montant minimum sera de dix (10) millions dollars US ;
  • Une valorisation des connaissances locales qui inclut les tradithérapeutes et les innovations technologiques en matière de recherche en santé et ses déterminants.

Félix Dounia MILLIMOUNO (Médecin)

00224621192000