Interdiction des déplacements de Conakry vers l’intérieur: le nouveau chemin des contrevenants

Malgré l’interdiction des déplacements de Conakry vers l’intérieur, les véhicules de transport interurbain continuent à rouler. Ceux en partance pour Kindia contournent par la route Coyah-Forécariah. Mardi dernier, une journaliste de Guinée114 s’est rendue sur place pour un constat.

Cette route est très empruntée actuellement par les transporteurs à destination des différentes villes de l’intérieur du pays. Ainsi, ils évitent les barrages installés sur la nationale Coyah-Kouria-Kindia. Mais au niveau des districts de Kounsita et de Tambaya, des barricades étaient érigées. Les auteurs exigeaient pour chaque passage des sommes allant jusqu’à 50.000 francs guinéens. Aussitôt informés de cette clandestinité, des agents de sécurité ont débarqué sur place et obligé les transporteurs à rebrousser chemin. Un fait qui n’est pas resté sans conséquences.

Les gendarmes ont été caillassé et chassés des lieux par des jeunes. Mais malgré les accrochages, ils ont réussi à retourner quelques véhicules et à les arraisonner dans le camps militaire de Coyah.

Rencontrée sur place, Dioumayatou, nourrice, tentait désespérément d’aller au chevet de son père alité à Kindia: « j’ai pris le véhicule à Kagbelen pour Kindia. C’est ma maman qui m’a appelée pour m’informer que mon papa est gravement malade. Elle m’a dit que c’était vraiment urgent. Il faut que je vienne.»

« Le chauffeur a voulu dévier. Il a pris la route non bitumée pour contourner les barrages et c’est au niveau de la déviation que les forces de l’ordre ont intercepté le véhicule. Ils ont dit au chauffeur de se retourner », poursuit-elle.

L’interlocutrice dit ignorer la mesure interdisant de sortir de Conakry pour l’intérieur du pays. Elle ajoute qu’elle regrette son déplacement: « Je ne savais pas qu’il était interdit de sortir de Conakry. Si non j’allais transférer mon transport et rester à la maison.»

Ousmane Camara est chauffeur. Il partait pour Benna quand il a été rattrapé par les services de sécurité et intimé de faire demi-tour.

Promotion des droits des femmes: un concours de slam organisé à Conakry 
Lire

À quand la fin de cette situation entre transporteurs et forces de sécurité? Quand est-ce les guinéens prendront conscience de la gravité de cette pandémie de Coronavirus qui sévit dans le pays et tue même des ministres de la République ? Les derniers chiffres de l’ANSS font état de 591 cas hospitalisés, 164 guéris et 06 morts.

Diop Ramatoulaye

Merci de nous suivre sur Facebook en cliquant ici