Kaporo-rails: l’Etat accusé de nettoyer la “zone du crime” pour effacer toute preuve

Kaporo-rails: l'Etat accusé de nettoyer la

Le collectif des victimes du déguerpissement des quartiers Kaporo-rails, Kipé 2 et Dimesse dans la commune de Ratoma, était devant la presse ce samedi 13 juin 2020. Les conférenciers qui sont en procès avec l’Etat guinéen devant la cour de la CEDEAO, dénoncent une opération d’élimination de preuves à la veille de la venue d’une mission de constat.

Le collectif a projeté un film documentaire d’une trentaine de minutes, montrant entre autres les images d’avant et d’après la démolition des écoles et des lieux de cultes qui étaient restés après la démolition des habitations, avec des documents administratifs à l’appui.

«Aujourd’hui, ils ont détruit dans la zone, tout ce qui était là-bas comme signe qui pouvait confirmer les dégâts qu’ils ont commis, sauf quelques usines de glace qui restent. Ils ont détruit les écoles, les mosquées et les églises. Ils sont maintenant en train de transporter la terre qui était sur les lieux. Aujourd’hui tout est fait pour faire disparaître les preuves de toute présence humaine à Kaporo-rails, à Kipé 2 et à Dimesse», explique Elhadj Alpha Oumar Diallo, président du collectif.

Le collectif promet de se battre jusqu’au rétablissement des victimes. «Quand le confinement sera terminé, on pourra passer au jugement à Abuja», conclut Alpha Oumar Diallo.

Mamadou Kouyaté

Le Syndicat National de l'Education dément les fondateurs d'écoles privées et réitère son soutien aux enseignants
Lire