Kindia: les travailleurs licenciés de Diamond Cement menacent de se faire entendre à nouveau

Kindia: les travailleurs licenciés de Diamond Cement menacent de se faire entendre à nouveau

Licenciés il y’a de cela trois mois, les 150 travailleurs de la société Diamond Cement réunis dans un collectif, menacent de prendre d’assaut la devanture de l’usine de ladite société pour réclamer le paiement de leurs indemnités, selon leur porte-parole,  Abdoulaye Camara.

D’après Abdoulaye Camara, c’est après avoir mené toutes les démarches auprès des autorités compétentes, sans suite favorable, que le collectif des travailleurs licenciés se résout à organiser cette manifestation.

« L’État ne fait pas face à la situation de la jeunesse guinéenne. Nous sommes là avec nos différentes familles. D’autres viennent de Nzérékoré et un peu partout à travers la Guinée. Ils sont en train de souffrir amèrement. L’autorité n’a pas pris ses dispositions. Maintenant ce que nous décidons, après la fête nous allons encore reprendre la manifestation. On va barricader la porte de l’usine », lance le porte-parole des travailleurs licenciés de la société Diamond Cement qui dénonce une politique de deux poids, deux mesures du gouvernement guinéen à leur encontre.

 « L’autorité s’est levée du côté des Togolais, on les a réglé (payé). Certains ont reçu huit millions, d’autres neuf à seize millions de francs guinéens. Ceux-ci sont rentrés au bercail. Mais nous sommes là. Ils ne font pas cas à notre situation. Ils disent seulement qu’ils nous ont réglé. Un règlement de quatre cent mille, de cinq cent mille francs guinéens ça veut dire quoi pour quelqu’un qui a fait un ou deux ans? On peut prendre quatre cent ou un million de FG? On ne peut pas accepter cela. On n’a pas de moyens. Même ce qu’on mange on n’en a pas. Tout ce qu’on demande c’est de nous régler (payer) pour qu’on quitte ici pour aller entreprendre autres choses. Donc on exige que justice soit faite », fait savoir Abdoulaye Camara.

Kindia enregistre son premier décès de Coronavirus
Lire

Par contre, le préfet de Kindia dit : « Nous avons bien voulu que ce problème soit résolu à l’amiable mais le jeune (Abdoulaye Camara) a continué jusqu’à se plaindre au niveau de la justice. Cette affaire est donc pendante au niveau de la justice ».

Mamadou Kouyaté