Médias et Coronavirus: entretien avec le ministre de l’Information et de la Communication

Prétendu détournent au ministre de l'Information: ce que nous en savons !

Alors que la Guinée compte désormais plus de 20 cas de coronavirus confirmés par les autorités sanitaires, les médias font doublement face à cette pandémie. En plus de la traditionnelle quête de bonnes informations, les journalistes font face à un risque de contamination. Ce qui a notamment conduit Hadafo Médias, le plus grand groupe privé en Guinée, de suspendre plusieurs programmes notamment la célèbre émission les Grandes Gueules. Dans un entretien accordé à la rédaction de Guinee114.Com, le ministre de l’Information et de la Communication, Amara Somparé, décline des actions prévues non seulement pour accompagner les médias, publics et privés, afin qu’ils puissent bien continuer à jouer leur rôle en toute responsabilité, mais aussi pour permettre à l’ensemble de la population de pouvoir bénéficier d’une couverture médiatique en cette période de crise sanitaire. Lisez !

Guinee114.com : face à l’épidémie de Coronavirus, des mesures sont prises par d’autres ministères notamment ceux en charge du secteur de l’Education qui ont décidé du maintien des élèves et étudiants à la maison.  Qu’est-ce que le département de l’Information et de la Communication envisage pour appuyer la mise en application des directives données par le Chef de l’Etat et celles des Experts en la matière ?

Amara Somparé : effectivement, depuis plusieurs semaines, notre pays, à l’instar de tous les pays du monde, est confronté à cette terrible pandémie. Et comme vous le savez, pour y faire face, il a été décidé de créer un comité interministériel afin de coordonner la lutte contre la maladie à Coronavirus COVID-19 ; comité dont le Ministère de l’Information et de la Communication est membre. A ce titre, nous prenons toute notre part de responsabilité dans les différentes commissions où nous sommes présents.

Législatives: un parti candidat menace de rejeter les résultats des élections
Lire

Aussi, dans ce contexte hautement sensible, le Ministère a rendu publique une lettre circulaire à l’intention des médias de service public et privé dans laquelle il a été édicté des mesures de précaution parmi lesquelles on peut retenir de façon non exhaustive la nécessité de :

  • Disposer de gels hydro-alcooliques sur chaque plateau télévisé et radiophonique ;
  • Respecter la distanciation sociale de 1,5m ;
  • Protéger impérativement tous les équipements de tournage (micro, micro-cravate, dictaphones, …) par des films jetables ;
  • Utiliser des gants à usage unique pour l’utilisation des équipements et jetez-les après utilisation ;
  • Se munir de kit sanitaire et de les placer à toutes les entrées de bâtiment ;
  • Etc.

Plus important encore, cette lettre circulaire rappelle le rôle capital des médias dans la gestion de cette pandémie afin de ne pas alarmer la population et attiser la psychose. Il s’agira de publier des données avérées, de toujours vérifier ses sources et surtout de se référer aux informations officielles. Nous comptons sur la bonne collaboration de tous pour que ces dispositions puissent être particulièrement suivies et respectées.

Les journalistes censés être partout pour recueillir les informations, semblent faire partie des couches les plus exposées au COVID-19. Il y a aussi le fait que dans certaines rédactions, ils sont beaucoup à se réunir par jour en conseil de rédaction. Que diriez-vous aux responsables de médias dans le cadre de la protection de leurs personnels puisqu’on ne peut pas leur demander de fermer les radios et télévisions entre autres ?

Avant de vous répondre, je voudrais saluer le sens de responsabilité des médias dont les responsables ont d’ores et déjà pris l’initiative d’équiper leur rédaction de kits de lavage de mains et entamé la désinfection de leurs locaux. C’est une excellente décision et elle devrait être suivie du respect des décisions comprises dans la lettre circulaire du MIC (Ministère de l’Information et de la Communication Ndlr) afin de s’assurer que chaque employé d’un quelconque organe de presse sur notre territoire est à l’abri de cette maladie.

La coordination des Foulbhés et Haali-Poular brise le silence (Déclaration)
Lire

Votre département prévoit-il, un renforcement de capacité en faveur des journalistes afin qu’ils puissent bien aborder ce sujet ?

De façon permanente, le département, à travers la Direction générale du Centre de de Formation et de Perfectionnement en Technique de Communication ou avec d’autres partenaires, organise des sessions de renforcement de capacité sur diverses thématiques. C’est une de nos missions régaliennes et j’accorde un intérêt tout particulier à ces aspects.

En ce qui concerne les renforcements de capacité des journalistes dans le cas spécifique de la lutte contre la maladie à Coronavirus, plusieurs sessions sont prévues avec le concours de nos partenaires ; la première a eu lieu en fin de semaine dernière et d’autres suivront.

Plusieurs localités du pays ne reçoivent pas les signaux de la chaîne d’information publique. Comment comptez-vous faire pour que les messages puissent toucher l’ensemble du territoire national ?

Il faut souligner que des efforts sont fournis personnellement par le Président de la République, Pr Alpha Condé en ce qui concerne la couverture nationale du signal de la Radio-Télévision Guinéenne (RTG) sur l’ensemble du territoire. Avant même l’apparition de cette épidémie, le Chef de l’Etat a fait don de plusieurs émetteurs à la Direction de la Radio Rurale pour les localités de l’intérieur du pays. Des équipes de la Direction nationale des services de diffusion (DNSD) sont aussi revenues d’une mission d’installation des émetteurs FM dans 17 localités. Des efforts qui permettent aux citoyens présents dans ces zones, d’avoir accès à l’information sans avoir à se déplacer.

Avec toujours la volonté du Chef de l’Etat et l’aide des partenaires techniques et financiers de lutter contre le COVID19, nous envisageons de donner le signal aux autres localités restantes afin que l’ensemble des Guinéens soient informés au même moment des mesures de prévention, des gestes barrières ou de l’évolution de l’épidémie. Mais il faut rappeler que nous disposons aussi de la présence des radios rurales dans les localités les plus reculées du pays. Celles-ci, font un travail remarquable en matière de relai de l’information en langue du terroir.

La Guinée met fin à la fermeture des frontières terrestres au commerce
Lire

Entretien réalisé par Thierno Amadou M’Bonet Camara (Rescapé N°4)