Meurtre de dame Issa Yéro le jour du vote: son mari s’exprime

48 heures après le double scrutin législatif et référendaire contesté du 22 mars 2020, qui à l’occasion duquel des personnes ont été tuées notamment à Conakry, l’époux de dame Issa Yéro Diallo se confie à la presse. Alhassane Diallo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a perdu son épouse, tuée lors de ces violences.

 “J’étais au village, c’est ma petite fille âgée de sept ans, qui m’a appelé au téléphone pour me dire que sa mère a été tuée. On lui a tiré une balle, elle a saigné avant de mourir. Le voisinage m’a raconté que c’est un gendarme qui a tiré sur elle. Quand les pickups sont venus encercler le quartier, les tirs ont commencé, la panique s’est installée, elle s’est rendue compte que ses enfants n’étaient pas à la maison. Elle est partie à leur recherche au marché et c’est en ce moment que les forces de l’ordre ont tiré. C’est quand elle a voulu se retirer,  la balle a touché ma femme, et elle en est morte sur place”, explique t-il.
Hier lundi 23 mars, le ministre de la sécurité a annoncé l’arrestation du présumé coupable de la mort d’Issa Yéro Diallo. Selon Damantang Albert Camara, il s’agit d’un élève gendarme. “On ne peut pas donner un fusil à un élève gendarme. Si c’est un élève, il devrait rester en classe, jusqu’à la fin de ses études avant de sortir et prendre une arme pour tuer les gens”, s’offusque l’époux de la victime.
Alhassane Diallo demande à mettre fin à ces tueries dans le pays et à faire tout pour que la lumière soit faite. “Je peux pardonner mais je ne peux pas oublier”, a t-il conclu.
Diop Ramatoulaye
Le FNDC exige la libération «sans délai» de deux de ses leaders en prison (Déclaration)
Lire