Nomination de Mamadi 3 Kaba comme commissaire à la CENI: les versions de Docteur Dansa et Me Traoré

Le président du Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne s’est prononcé sur la nomination de Mamadi 3 Kaba comme commissaire à la CENI, en remplacement de Maitre Salif Kébé décédé de Coronavirus le mois dernier. Si l’opinion publique ne doute pas des qualités intellectuelles de l’homme, de nombreux observateurs pensent quand même que son choix n’a pas fait l’objet de concertation interne du côté du CNOSCG. Ce que dément Docteur Dansa Kourouma. Il était l’invité des “GG” d’Espace FM ce matin.

« Je vais vous dire les critères qui ont prévalu la désignation de Mamadi trois Kaba en remplacement de Salifou Kébé décédé. Les prises de décision au sein du CNOSC obéissent à des principes. Mamadi trois Kaba a été élu vice-président chargé des questions juridiques et électorales lors du dernier congrès, au cours duquel des directives claires ont été données. Désormais au cas où l’organisation doit être représentée dans une institution, la première des choses, c’est qu’il y’a ce qu’on appelle les vice-présidents des thématiques. Alors quand la question se pose sur un domaine thématique, les consultations sont ouvertes entre le vice-président du domaine concerné avec toutes les organisations membres du CNOSC qui s’occupent du même domaine d’activités. Cette consultation a été bel et bien menée dans les raisons de l’art. Et ces principes ont été appliqués », explique le président du CNOSCG.

Dansa Kourouma a déclaré que l’ex-patron défunt de la CENI avait été désigné par sa structure en 2018. Faux, rétorque le Bâtonnier d’alors, Me Mohamed Traoré.

« Je m’inscris en faux contre cette allégation. Il faut qu’on arrête des contre-vérités. Le Conseil National des Organisations de la Société Civile Guinéenne n’a jamais désigné Me Salif Kébé. Il n’y a aucune preuve là-dessus à moins qu’on fasse maintenant des lettres ampilatées. Me Salif Kébé a été désigné en 2018 par le Barreau. J’ai la lettre. Le Barreau a adressé, dans ce sens, un courrier au ministre de l’administration du territoire le 28 décembre 2018. Et le courrier a été reçu au secrétariat de ce département le même jour. C’est à la suite de cela que le 31 décembre le dossier de Me Salif Kébé a été déposé », précise-t-il.

Situation des malades de Coronavirus à Donka : le cri de cœur de l’un d’entre eux
Lire

Poursuivant, il révèle : « Avant la publication de ce décret, des informations nous étaient parvenues, que le pouvoir ne voulait pas le Barreau parce que le Barreau est supposé être proche de l’opposition et il est véhément dans les critiques à l’endroit du pouvoir. Donc moi, je suis pas surpris par ce qui est arrivé hier, jeudi, ( allusion faite à la nomination Mamadi Trois Kaba commissaire à la tête de la CENI. Je pense qu’il fallait s’y attendre. Je pense qui faut même tourner cette page là ».

Selon lui, une réunion du conseil de l’ordre des avocats est prévue ce vendredi pour en savoir plus sur sur la procédure de remplacement de l’ancien président de la CENI. Le Barreau va-t-il accepter ou rejeter le choix du CNOSCG ? Au cas où il le rejette, que dit la loi en la matière ? Voilà entre autres des questions qui restent posées.

A suivre!

Mamadou Kouyaté