Nouvelle Assemblée, gestion chaotique de la crise sanitaire: les vérités crues de Gassama Diaby

Nouvelle Assemblée, gestion chaotique de la crise sanitaire: les vérités crues de Gassama Diaby
Gassama Diaby, ancien ministre de l'Unité Nationale

Guinée-Après un long moment sans parler en public, c’est encore par le canal des Grandes Gueules d’Espace FM que l’ancien ministre Khalifa Gassama Diaby a brisé le silence ce mercredi pour se prononcer sur l’actualité guinéenne, marquée par la gestion de la crise sanitaire et l’installation d’une nouvelle Assemblée nationale issue d’élections controversées.

Sur la session inaugurale de la nouvelle Assemblée nationale la veille, l’ancien ministre de la Citoyenneté laisse transparaître dans ses propos un sentiment de déception qui rejoint ceux dénoncent déjà une Assemblée issue d’élections non inclusives. Gassama dit ne pas vouloir commenter cette session mais appelle les chroniqueur des GG à imaginer que dans «une famille de six personnes, trois se retrouvent pour décider de l’avenir de toute la famille».

Si le débat public est aussi marqué  par une sorte de guerre de leadership entre le ministère de la Santé et l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS) dans la riposte à la pandémie de Covid-19, Gassama donne un avis.  «Il faut prioriser les capacités du ministère de la santé, qui a des capacités plus anciennes et qui sait les réalités sanitaires du pays et nos capacités en termes de ressources humaines. Le ministère de la Santé doit être le socle…», dit-il avant de rappeler qu’ailleurs, c’est le ministre de la Santé et le Comité scientifique tiennent le flambeau de la lutte contre le Covid-19.

Parlant du chef de l’Etat, Alpha Condé, l’ancien ministre dit qu’il garde encore pour lui des amitiés mais lui rappelle quand même que, comme l’a dit un penseur, «la folie c’est de vouloir faire les choses toujours de la même manière et en espérer un résultat différent». 

«Que ceux qui nous dirigent arrêtent de tâtonner et fassent des choix clairs et qui tiennent. On écarte les gens qui savent bien faire, on privilégie les gens qui savent faire plus de démagogie. Il faut qu’on tire les leçons de cette crise et que le pays apprenne le sérieux, la rigueur et que nous apprenions à mettre les gens là où il faut, là où ils peuvent être utiles», mentionne l’ancien ministre.

Tournoi UFOA A (Dames): deux arbitres guinéennes retenues
Lire

Sur une éventualité de son retour au gouvernement les prochains jours à l’occasion d’un remaniement annoncé des charlatans de la presse, Khalifa Gassama Diaby dit ouvertement que «c’est à exclure», préférant plutôt servir son pays en dehors du gouvernement.

Cette tribune a été saisie également par Gassama Diaby pour dénoncer particulièrement ce qu’il qualifie de violence d’Etat, de violation des lois et de manque d’anticipation dans la gouvernance.

Thierno Amadou M’Bonet Camara (Rescapé N°4)