Nuit du destin: pas de célébration officielle cette année pour cause de Coronavirus

En temps normal, de nombreux musulmans passent la nuit du 26 au 27 du mois de Ramadan dans les mosquées pour lire le coran, faire des invocations et prier. Elle s’appelle “Nuit du destin”, “Laylatoul gadr” en arabe. C’est la plus importantes des nuits au point qu’il vaux mieux que 1000 mois. En cause, elle marque la descente intégrale du Coran sur le prophète Mahomet (PSL). Elle se trouve dans l’une des nuits impaires des neuf ou dix derniers jours du mois saint. Bien qu’elle ne soit connue avec exactitude, le monde musulman la célèbre officiellement dans la nuit du 26 au 27 de chaque Ramadan. Mais cette fois, en raison du Coronavirus, il n’y a rien dans les mosquées guinéennes.

La nuit d’aujourd’hui, habituellement consacrée à des séances de lecture collective du Coran dans les mosquées, se déroule dans le silence tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays. Sa coïncide avec le Coronavirus en est la principale cause. D’ailleurs les mosquées sont fermées depuis plus d’un mois. Du coup, pas de célébration.

La nuit du destin est d’une extrême importance. La sourate 97 du saint coran en parle largement. L’une des nuits impaires des neuf ou dix derniers jours du Ramadan la constitue. C’est-à-dire les 21ème, 23ème, 25ème, 27ème et 29ème. La nuit du 26 au 27 du Ramadan est la date connue pour la célébration de la nuit du destin. Mais ça ne signifie pas qu’elle la constitue exactement. Bref, elle correspond à l’une des nuits impaires de la dernière tranche du mois de jeûne.

Conakry: la Guinée et la France commémorent le 101e anniversaire de l'armistice
Lire

Une nuit de destin sans célébration, c’était du jamais vu pour les guinéens. En tout cas c’est ce que disent beaucoup d’entre eux. Autre chose qui risque d’être impossible dans les jours à venir à cause du Coronavirus, c’est la prière de célébration de la fête de Ramadan. Apparemment c’est parti pour une vague des choses jamais vues, ni vécues.

La situation actuelle n’est pas favorable à une réouverture des lieux de culte notamment les mosquées. Le Coronavirus qui est à l’origine de leur fermeture continue à faire plus de malades. A date, le pays est au delà de 2500 cas positifs déclarés.

Oury Maci Bah