Obsèques de Mory Kanté: retour sur les témoignages et la promesse du ministre de la Culture

Après la levée du corps à l’hôpital Sino-guinéen, l’artiste Mory Kanté a rejoint sa dernière demeure ce mardi, 26 mai 2020. Il a été inhumé au cimetière de Kipé, dans la commune de Ratoma. Un peu plutôt, cadres du ministère de la culture, parents, amis et anciens collaborateurs de celui qui était surnommé le “griot électrique”, lui ont rendu un dernier hommage.

L’icône repose désormais au cimetière de Kipé. Ses obsèques se sont tenues de manière restreinte. Chose qui est due à la crise sanitaire qui prévaut dans le pays. Mais le président de l’Association des Griots de Guinée promet plus d’hommage pour l’artiste dès la fin du Coronavirus.

« La Guinée vient de perdre un grand homme qui a honoré le pays à travers le monde. Sa musique a marqué l’histoire et va continuer à marquer. Nous allons immortaliser cet homme dès la fin de covid-19. Je vais appeler tous les griots du monde entier en Guinée pour parler de Mory Kanté, de son parcours et des honneurs qu’il a rendus à notre pays et à toute l’Afrique. Tout le monde entier va voir ça. Nous allons organiser ce genre d’événements à chaque fois pour immortaliser ce Grand artiste pour la nouvelle génération », rassure Elhadj Wassaba Sport.

Même promesse de la part du ministre des Sports et de la Culture. Sanoussy Bantama Sow annonce aussi une grande cérémonie mémorielle en faveur du défunt.

« Mory Kanté mérite beaucoup d’honneurs. Il a été un grand griot qui a honoré la Guinée.  Le Gouvernement lui reste reconnaissant. Nous allons, après cette pandémie, organiser une grande cérémonie d’hommage à son endroit pour l’immortaliser. C’est un grand griot, grand maître qui vient de de nous quitter. Nous n’allons pas l’oublier », indique-t-il.

Urgent-L'activiste Bella Bah condamné à 1 an de prison assorti de sursis, libéré
Lire

Issu d’une famille des griots, Mory
Kanté a activement participé à popularisation de la musique guinéenne et africaine. Il est décédé à l’âge de 70 ans de suite d’une longue maladie.

Mohamed Lamine Bah