Plainte du FNDC à la CPI contre le chef de l’Etat: la colère du député Abdoulaye Kourouma

Ce mardi, l’honorable Abdoulaye Kourouma, président du Rassemblement pour la Renaissance et le développement (RRD), s’est prononcé sur le recours à la Cour pénale internationale du Front National pour la Défense de la Constitution contre le chef de l’Etat guinéen. L’élu qualifie les auteurs des “plaisantins”.

Le FNDC est à nouveau au centre des débats politiques en Guinée. Depuis le dépôt de sa plainte contre Alpha Condé pour, dit-il, crime contre l’humanité, les réactions viennent de partout. Cette fois c’est le député Aboulaye Kourouma, un ancien des plaignants, qui s’est fait entendre.

« On ne commente pas le comportement des plaisantins. Des incohérents FNDC qui portent plainte à la Cour pénale internationale. Ils pensent que c’est comme ça que la CPI se saisit d’un dossier ? Les gens ne peuvent pas créer de la rebellion dans le pays et saisir la Cour Pénale Internationale. La CPI n’est pas une institution qui suit des gens comme ça. Pour que cette Cour intervienne dans un pays, il faut l’accord du gouvernement de ce pays. Et je ne sais pas sur quelle base la CPI va poursuivre quelqu’un en Guinée s’il n’y a pas l’accord du gouvernement », réagit-il

Le président du parti Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD) invite les leaders du FNDC à revoir leur stratégie “s’il devait y avoir un dossier de la Guinée au niveau de la Cour pénale internationale, ça devrait bien entendu être celui du 28 septembre 2009, dans lequel beaucoup de membres du même Front devaient répondre de leurs actes dans cette affaire. Ils sont tous coupables de ce qui est arrivée au stade du 28 septembre en 2009 mais puisqu’ils n’ont rien à dire, rien à faire, ils font juste amuser de la galerie”.

Guinée/Manifestations anti-troisième mandat: une énième victime inhumée à Banbeto
Lire

Le député estime que, si jusque-là, les présumés coupables dans les dossiers du massacre au stade 28 septembre 2009 ne sont pas à la CPI, c’est parce que, soutient-il, le Gouvernement guinéen s’est dit compétent de les juger. “Cest pourquoi les Dadis, les Cellou Dalein ne sont pas devant les juridictions de la Cour pénale internationale. C’est l’affaire là qui est plus flagrante ou c’est ce que, eux, sont en train de parler maintenant”, ajoute-t-il.

Mamadou Kouyaté