Report des présidentielles d’octobre 2020: voici les suggestions de la Cour constitutionnelle

La Guinée passe au mixte entre cour constitutionnelle ou conseil constitutionnel: explications par le conseiller du président, chargé des relations avec les institutions
Des membres de la Cour constitutionnelle/Image d'archive

Guinée-Si le président Alpha Condé dit être plus préoccupé par la lutter contre le coronavirus que l’organisation des élections présidentielles à venir, le débat sur l’éventualité d’un report desdites élections anime le landernau politique. Si Lansana Kouyaté, leader du PEDN et Bah Oury, ancien vice-président de l’UFDG, semblent acquis à une idée d’un glissement, les autres ténors de l’opposition à savoir Cellou Dalein et Sidya exigent des élections dès octobre, sans Alpha Condé.

Pour sa part, le président de la Cour constitutionnelle a fait des suggestions. Dans un discours, Mohamed Lamine Bangoura a voulu attirer, selon lui, les “attentes légitimes” du peuple de Guinée vis-à-vis de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). «Il attend de vous, professionnalisme et rigueur dans la conduite des toutes les échéances électorales…Il faut rappeler les incidences qu’un scrutin organisé dans les délais prescrits par la loi, libre, transparent et régulier peuvent avoir sur la consolidation de la démocratie et la cohésion nationale», mentionne le président de la Cour.

«La cour constitutionnelle et la CENI, poursuit-il,  ont une mission identique dans le nouveau constitutionnalisme en Afrique, à savoir la consolidation et le renforcement de l’état de droit». Le président de la Cour constitutionnelle a tenu ces déclarations lors de la cérémonie de prestation de serment du nouveau commissaire de la CENI, Mamadi trois Kaba.

CENI: le nouveau commissaire Mamadi trois Kaba a prêté serment devant la Cour constitutionnelle
Lire

La balle est désormais dans le camp de l’organe en charge des élections qui devra décider d’aller aux élections ou pas en octobre prochain en tenant compte des contextes politique et sanitaire et en fonction de la volonté politique du gouvernement à travers le ministère de l’Administration du territoire qui y joue un rôle déterminant.

Thierno Amadou M’Bonet Camara (Rescapé N°4)