Riposte à la Covid-19 : les tenanciers des lieux de loisirs sollicitent leur réouverture partielle

Riposte à la Covid-19 : les tenanciers des lieux de loisirs sollicitent leur réouverture partielle

Fermés depuis le 26 mars dernier suite à la déclaration du président de la République instituant l’état d’urgence sanitaire pour freiner la propagation de la maladie de la Covid-19, les propriétaires des bars, motels et boites de nuit sollicitent leur réouverture partielle.

L’association guinéenne des tenanciers de bars, motels et night-club a tenu une conférence de presse ce mardi, 14 juillet 2020, à  Conakry.  Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, les membres de l’association ont égrainé les difficultés qu’ils rencontrent pendant cette période de crise sanitaire.

« Après plusieurs concertations, nous avons jugé nécessaire et opportun de nous réunir en une seule et unique structure à travers laquelle nous allons défendre nos intérêts et aussi l’intérêt de tous nos collaborateurs dans divers secteurs entre autre les brasseries, les plages, les importateurs, les sociétés de gardiennages et surtout de l’Etat qui est garant de nos activités car nous sommes des pourvoyeurs d’emplois. Nous soutenons la promotion de l’emploi jeune et nous luttons contre la délinquance juvénile et le chômage. Donc l’Etat aurait intérêt à nous encadrer et nous accompagner. Au sein de l’association guinéenne des tenanciers de bars, motels et night-clubs aujourd’hui nous avons huit cents dix (810) tenanciers enregistrés au sein et ces huit cents dix tenanciers enregistrés, chacun emploie au minimum cinq personnes. Ce n’est pas un nombre négligeable en terme d’emploi » a entamé Valy Sakho, président de l’association guinéenne des tenanciers de bars…

Parlant des difficultés qu’ils rencontrent, il dira : « Il faut reconnaitre que si nous sommes confrontés à beaucoup de difficultés, au fur et à mesure que les jours et les semaines s’écoulent dans cette période de covid19, beaucoup d’emplois et d’investissement sont menacés. La majeure partie des espaces que nous utilisons pour abriter nos activités sont loués. Imaginez quatre mois sans activités aucune entrée d’argent. Nous continuons à payer nos loyers pour éviter une éventuelle expulsion qui est inévitable si ne nous acquittons pas de nos obligations envers nos différents bailleurs …»

Réouverture des lieux de culte : la Jeunesse citoyenne donne deux semaines à Alpha Condé
Lire

L’occasion a également été mise à profit par les propriétaires des lieux de loisirs pour attirer l’attention de l’Etat sur les violences exercées par les forces de l’ordre sur eux en ce période de crise, et  solliciter l’assistance du ministre du Tourisme et de l’Hôtellerie.

Mamadou Macka Diallo