Session inaugurale de la nouvelle Assemblée nationale : ce qu’en pense Cherif Bah de l’UFDG

Figurant parmi les vice-présidents de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée, principal parti d’opposition, Cherif Bah était l’invité par téléphone d’une émission de la radio Soleil FM ce mardi, 21 Avril 2020. Au menu, la session inaugurale de la nouvelle Assemblée nationale. Pour lui, c’est un comité du RPG arc-en-ciel élargi à des politiques qui a été installé et non un hémicycle.

C’est par des mots durs que ce numéro 2 de l’UFDG à abordé le sujet. Sans surprise, il s’en est directement pris au parti au pouvoir.

« On en a honte. On est gêné de voir le pays tomber de ci-bas. Ça reflète de la mascarade électorale que le RPG était en train d’organiser depuis longtemps. C’est pas la mise en place d’une Assemblée. C’est un comité central du RPG avec quelques invités aux débats », martèle Cherif Bah.

Avec la nouvelle législature désormais en place, l’opposant a dit n’attendre rien de positif: « Déjà dans les années passées de l’ancienne législature, on a vu un Etat fonctionner et un parti d’Etat fonctionner. C’est-à-dire que l’Assemblée n’a pu jouer son rôle. Les députés ont pour rôle de voter les lois et contrôler l’action gouvernementale. On n’a jamais pu contrôler une seule action du gouvernement. Nous opposants, on l’a toujours tenté, en demandant la mise en place de la commission d’enquête parlementaire mais en vain. Ceci a toujours été refusé. On n’a jamais eu un avis de contrôle de l’Assemblée Nationale sur les grands dossiers de l’Etat, sur grands contrats de l’Etat et les enjeux nationaux importants.»

Interrogé sur l’élection d’Amadou Damaro Camara à la tête de la nouvelle Assemblée nationale, il n’a fait aucun commentaire sous prétexte qu’il ne le connais pas bien.

Dialogue politique: compte-rendu de la deuxième journée soldée par un échec
Lire

Mamadou Rescapé Kouyaté