Une fillette de 5 ans violée à Porédaka (Mamou): le procureur fait des précisions

Mamou: un nouveau cas de Coronavirus compromets de nouveau la réouverture des mosquées

Une fillette âgée d’environ de cinq ans a été violée le vendredi 19 juin dernier dans la sous-préfecture de Porédaka située à une cinquantaine de kilomètres de la commune urbaine de Mamou. L’acte s’est passé à Bourouwel Sirenya dans le district de N’Diarè, sous-préfecture de Porédaka, où un homme âgé de 27 ans aurait abusé d’elle.

Selon le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mamou, El hadj Sidiki Camara, qui s’est exprimé au micro de notre correspondant ce lundi 22 juin 2020, le bourreau a abusé de cette fillette au bord d’un marigot quand ses frères et sœurs se baignaient.

«Dans la journée du vendredi 19 juin 2020, j’ai été joint par le maire de la commune rurale de Porédaka pour dénoncer un cas de viol suivi de pédophilie survenu à Bourouwel Sirenya, district de N’Diaré, commune rurale de Porédaka sur une fillette âgée d’environ cinq ans. Aussitôt, et sur nos instructions, une mission d’enquête de la brigade de recherche s’est rendue sur les lieux pour procéder non seulement à des constatations mais aussi des enquêtes. Aux environs de 17 heures, le président du district de N’Diarè, El hadj Idrissa Diallo, a lui-même mis à la disposition des enquêteurs Monsieur Amadou Telly Barry, cultivateur âgé de 27 ans, principal suspect qui a été appréhendé par la foule. Aux dires de la victime, elle s’était rendue au marigot avec ses frères et sœurs pour se baigner où elle a été jointe par le suspect qui a abusé d’elle sexuellement» a expliqué El hadj Sidiki Camara.

Une épidémie de viols à Mamou: trois mineures violées en l'espace de dix jours
Lire

Une information judiciaire a été ouverte ce lundi 22 juin 2020 pour viol et pédophilie sur la base des articles 268 du code pénal et 355 du code de l’enfant. Selon El hadj Sidiki Camara, au total 39 décisions ont été rendues par le tribunal depuis le 1er Mars 2017 dans des affaires de viol.

En attendant la reprise des audiences criminelles à Mamou, nombreuses sont les victimes et leur famille qui attendent un procès. Quant aux présumés auteurs appréhendés, ils continuent leur séjour à la maison d’arrêt de Mamou en attendant leur jugement.

Mamadou Alpha Sorya Diallo