Violation de l’nterdiction des déplacements de Conakry vers l’intérieur : les révélations d’un transporteur

Un décret interdisant les déplacements de Conakry vers l’intérieur est en vigueur dans le pays depuis plusieurs semaines. Mais il n’est pas strictement appliqué sur le terrain. Pour preuve, de nombreux véhicules de transport commun continuent à rallier les villes de l’intérieur à partir de la capitale. Pour en savoir davantage sur la violation dudit décret, votre quotidien guinee114 s’est entretenu avec un transporteur. Ce dernier embarque de Conakry pour Pita tous les lundis.

C’est sous l’anonymat que l’interlocuteur a accepté de parler. A en croire ses propos, les agents de sécurité seraient les premiers à violer le décret sur l’interdiction des déplacements de Conakry vers l’intérieur. Des barrages de contrôle sont installées un peu partout sur les routes qui relient les grandes villes. Mais le constat révèle que le transport interurbain s’opère régulièrement.

“pour moi qui voyage de Conakry à Pita, les barrages qui sont difficiles à franchir sont les deux situés entre le pont de Kaka et Kouria. Parfois je paie 200000, parfois 150.000 par barrage. Quant aux barrages qui sont aux entrées de certaines villes comme Kindia, Mamou…, même avec 20000 francs on peut passer. En Guinée, tout est possible”, révèle le transporteur.

Il estime que le décret du chef de l’Etat sur l’ interdictions des sorties de Conakry pour l’intérieur est devenu un business pour les agents chargés de son application.

” Ce décret les arrange beaucoup. Les sommes à payer pour passer les barrages sont en fonction des types de véhicules. Moi, c’est un taxi que j’ai. Je paie 200000. Avec les minibus, je ne connais pas la sommeexacte. Mais ça peut être à 250000 ou plus”, poursuit-il.

Grève des enseignants: le siège du SLECG envahi par des élèves en colère
Lire

“Je vis du transport interurbain. Rouler d’un quartier à un autre comme ça se passe à Conakry, je n’y suis pas habitué. Malgré les gros montants qu’on nous prend aux barrages, on continue notre travail”, conclut-il.

Le décret, interdisant les déplacements au départ de Conakry pour les villes de l’intérieur, fait partie des nombreuses mesures en vigueur dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus. Mais pour le moment il peine à s’appliquer strictement. D’ailleurs une femme atteinte du Coronavirus a été récemment identifiée à Kankan. Elle était venue de Conakry quelques jours plutôt.

Oury Maci Bah