Violences à Friguiadi: le Commissaire Central de Coyah dresse un bilan provisoire

De violents affrontements ont éclaté ce mardi à Friguiadi entre forces de l’ordre et manifestants. Les jeunes sont descendus dans la rue pour exiger la délocalisation d’un barrage installé sur place dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus.

Alors que des sources hospitalières parlent de plusieurs morts, le commissaire Central de Coyah, lui, confirme un seul cas pour le moment.

« Les rues étaient barricadées partout ce mardi suite à la violente manifestation que nous avons enregistrée de Friguiadi jusqu’à Coyah-centre. On voyait partout les gens qui s’attaquaient aux forces de l’ordre. Le commissariat et la Brigade de gendarmerie ont été saccagés. Le commissariat en chantier au centre ville de Coyah a été vandalisé. Nous avons constaté aussi qu’ils ont barricadé la route de Forekariah et au grand rond-point du Commissariat. J’étais donc obligé de replier sur ce lieu pour venir protéger notre édifice. Leurs slogan était qu’on délocalise le barrage de Friguiadi, que ça les empêche de rentrer à Coyah où ils habitent. Que certains travaillent à Conakry, qu’ils sont obligés de rentrer chez eux le soir. Mais d’autres profitent pour tenter de voyager à l’intérieur du pays. Il y’a eu des blessés dont deux gendarmes gravement et un enfant que j’ai vu à l’hôpital. Il y’a eu un cas de mort pour le moment. C’est ce que moi j’ai vu. Les gens parlent d’autres cas mais moi j’ai pas vu les corps-là. Donc je vous dis ce que j’ai vu. l’intéressé a trouvé la mort. On ne sait pas comment parce que la manifestation était très très violente. C’est à Friguiadi qu’il y’a eu des cas de blessés et de morts mais pas à Coyah centre ici», explique Ibrahima Kakoro Traoré.

Coronavirus: une bonne nouvelle concernant Rabiatou Serah Diallo
Lire

Mamadou Kouyaté