Violences à N’Zérékoré: ambiance électrique entre les avocats du FNDC et le procureur général de Kankan accusé de «déformer les faits»

Plainte contre l'arrestation

Guinée-Dans des déclarations dont le contenu a été relayé par la presse, le procureur général de Kankan, Yaya Kaïraba Kaba, a publiquement accusé les leaders du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), à N’Zérékoré d’être responsables des tueries survenues dans cette région forestière au lendemain des élections contestées du 22 mars 2020.

Ces leaders, une quarantaine, sont arrêtés et transférés dans une prison à Kankan où ils croupissent en attendant un procès qui tarde à venir. Cette sortie du procureur qui les incrimine, est vite attaquée par leurs avocats qui crient à la déformation des faits.

«Nous tolérons la sortie de monsieur le procureur que nous respectons beaucoup pour son professionnalisme et ses capacités intellectuelles mais très malheureusement, il n’est pas bien informé. Il n’est pas au courant du dossier comme nous autres. Il a présenté les choses de façon totalement dénaturée. On aurait souhaité d’ailleurs que cette information soit donnée par le procureur de la République au moins», rétorque Me Salifou Béavogui, célèbre avocat du FNDC.

Selon l’avocat, contrairement au contenu des déclarations du procureur Yaya Kaïraba Kaba, «les militants et responsables du FNDC ne sont en rien responsables dans les événements survenus à N’Zérékoré. Bien au contraire, les bourreaux continuent à courir encore à travers le pays. Je l’invite à demander à la justice d’ouvrir bien les yeux». 

En réalité, conclut-il, c’est une liste qui a été établie et on s’est attaqué directement aux responsables et militants du FNDC qui, en réalité, revendiquent avec le verbe mais pas avec la violence.

Le Syndicat national des enseignants du privé brise le silence (Déclaration)
Lire

Thierno Amadou M’Bonet Camara (Rescapé N°4)